FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XVIe siècle) De l'ancien français entechier (« pourvoir d’une qualité, d’un défaut »), dérivé de teche, tache, « qualité bonne ou mauvaise » en ancien français → voir entacher. Le passage de \e\ à \i\ au sein du radical s’explique par la contamination de l’ancien français enticier, (« inciter »). À la Renaissance, on trouve entiché avec le sens de (« qui commence à se gâter (d’un fruit) ») et (« corrompu par un vice »), il est entiché de ce vice.

Verbe Modifier

enticher \ɑ̃.ti.ʃe\ 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’enticher)

  1. (Transitif) Prévenir d’une façon excessive et peu raisonnable en faveur d’une personne ou d’une chose. — Note : Il s’emploie surtout à la voix passive et à la forme pronominale.
    • […], tout a été mal compris et mal entendu soit que l’on méconnût les lois physiologiques […], soit enfin que l’on fût entiché d’une anglomanie inconcevable qui voulait tout ramener à l’unité de mesure anglaise. — (Jean Déhès, Essai sur l’amélioration des races chevalines de la France, École impériale vétérinaire de Toulouse, Thèse de médecine vétérinaire, 1868)
    • Le cadet, incorporé une fois à une troupe de garçons entichés de tragédie, n’y accepta qu’un rôle muet : le rôle du « fils idiot ». — (Colette, Sido, 1930, Fayard, page 84.)
    • Faut-il s’étonner si, en une population aussi entichée de ses habitudes, la mortalité puerpérale et la mortalité infantile sévissent au delà des moyennes connues ! — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Ils sont aujourd’hui des consommateurs et seront demain des acheteurs ; ils constituent un vaste marché pour vos produits. Entichez ces enfants de votre marque et ils insisterons auprès des parents pour qu’ils l’achètent. — (Philippe Breton, La parole manipulée, La Découverte / Poche, 2000, page 90)
    • Et lorsqu’il vient en visite chez vous, vous le buvez littéralement des yeux, à croire que c’est un ange. Vous en êtes entichée, pour vous il surpasse tous les autres. — (Anton Tchekhov, Polinka, 1887, traduction d’Anne Coldefy-Faucard, Librio 698, E.J.L., 2004)
  2. (Pronominal) Se prendre d'un goût excessif, d'une vive passion pour quelqu'un ou pour quelque chose.
    • C’est drôle qu’il se fût plutôt entiché de la gamine… Céline Thiébault pourtant était plus en rapport d’âge avec lui. Ce n’eût été ni moins décent, ni moins excusable. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 92)
    • Je n’ai jamais délaissé ma femme pour m’enticher de celle de mon garde champêtre, et jamais surtout je n’ai engrossé une autre femme sous mon propre toit. — (Amin Maalouf, Le rocher de Tanios, Grasset, 1993, collection Le Livre de Poche, pages 59-60.)
    • Entre l’addictologie et Laurent Karila, c’est une histoire d’affect qui dure. Après un internat de psychiatrie, il s’entiche rapidement de la science des dépendances. — (Julia Tissier, L’inventeur du sexo-bobo, dans Libération du 23 juillet 2010)

SynonymesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier