FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Siècle à préciser) Dérivé de tube avec le préfixe en- et le suffixe -er.

Verbe Modifier

entuber \ɑ̃.ty.be\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Vulgaire) Duper, escroquer, rouler, tromper.
    • Eh bien, toutes ces gonzesses, c’est rien. T’as pas idée! C’est moins que rien : des ordures, des roulures, bonnes à t’entuber comme personne, si peu qu’tu lâches la main. — (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
    • Toi, espèce de salope, c’est la dernière fois que tu entubes un stagiaire, je te fous l’inspection du travail au cul. — (Marie Desplechin, Nous entrerons dans la carrière, nouvelle, supplément au magazine « Elle », 1999, page 4.)
    • Au lycée, à l’usine, la CGT et le PC commandaient la reprise du travail. On pensait qu’avec leur élocution lente ou rocailleuse de faux paysans leurs porte-parole nous avaient bien entubés. — (Annie Ernaux, Les années, Gallimard, 2008, collection Folio, page 109.)
    • Arrêtez de me prendre de haut ! Moi, on ne me la fait pas à l’envers ! Vous voulez m’entuber sur ma paie, et ben je bosserai moins d’heures la semaine prochaine ! — (Sandra Noël, Gigot bitume mortel, 2020, page 28)
    • Il s’est fait entuber par son associé.
  2. (Vulgaire) (Sexualité) Enculer, sodomiser.

SynonymesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier