Voir aussi : envoye

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du participe passé de envoyer.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
envoyé envoyés
\ɑ̃.vwa.je\

envoyé \ɑ̃.vwa.je\ masculin (pour une femme on dit : envoyée)

  1. Personne qui est envoyé quelque part par quelqu’un.
    • Des conciliabules inutiles se tiennent entre les envoyés des nations. — (Paul Nizan, Les chiens de garde, 1932)
    • En peu de mots, il expliqua sa mission, dit comment il était l’envoyé de Monsieur, et salua, selon leur rang et les avances qu’ils lui firent, l’amiral et les différents seigneurs anglais. — (Alexandre Dumas, Le Vicomte de Bragelonne, 1847, Michel Lévy frères, page 242)
    • L’empressement des envoyés des puissances pour venir adresser leurs félicitations à la cour des Tuileries avait été extrême. — (Albert Mansfeld, Napoléon III, Paris, 1861, volume 2, page 301)

DérivésModifier

TraductionsModifier

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe envoyer
Participe Présent
Passé (masculin singulier)
envoyé

envoyé \ɑ̃.vwa.je\

  1. Participe passé masculin singulier de envoyer.
    • Ils n’avaient pas plus le droit d’auspicium, i.e. le présage envoyé par les dieux et consulté par certains magistrats, non plus que l’imperium, i.e. le pouvoir le plus élevé comportant la juridiction et le commandement militaires. — (Jean-Philippe Feldman, La bataille américaine du fédéralisme: John C. Calhoun et l’annulation, 2015)

PrononciationModifier

RéférencesModifier