Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De l’occitan esquintar.

Verbe Modifier

esquinter \ɛs.kɛ̃.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’esquinter)

  1. Fatiguer excessivement.
    • Dites donc, vous autres, – les apostropha-t-il, […], – je meurs de fatigue, et je ne me tiens plus sur les jambes d’avoir été si longtemps en selle. Impossible de vous accorder une seule seconde d’entretien, je suis fourbu, esquinté. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 31 de l’éd. de 1921)
    • C'est qu'on est trop bête après tout, de s'esquinter ainsi et crever à la peine, quand les gens se moquent de vous. — (Charles Ferdinand Ramuz, Aimé Pache, peintre vaudois, 1911)
  2. (Par extension) user, délabrer quelque chose.
    • Ce livre est entièrement esquinté par manque de soin.
    • À sauter sur ce fauteuil, tu vas l'esquinter.
    • Non, ne t'inquiète pas. Si tu crois que j'ai envie d'esquinter la voiture sur cette route. — (Myriam Ben, Ainsi naquit un homme: nouvelles, 1993)
  3. (Désuet) Fracturer, dans le sens de « entrer par effraction ».[note 1]
  4. (Argot) Battre, abîmer.
    • Il y a longtemps qu’il aurait ses trois ficelles, mais les Buls l’ont emboîté un soir de coup de main, après l’avoir bien esquinté. — (Roger Vercel, Capitaine Conan, Albin Michel, 1934, collection Le Livre de Poche, page 41.)

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier

  1. Vidocq, Lexique des argotiers, esquinter

GaumaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin exquintare (« Mettre en cinq »), du latin quintus (« cinquième ») et du préfixe ex-.

Verbe Modifier

esquinter

  1. Abîmer.

VariantesModifier

RéférencesModifier

  • Georges Themelin, Dictionnaire Français-Lorrain, Patois de la Gaume, Editions de la Joyeuserie, 1999