Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

(Nom 1) De ester (« demeurer ») avec le suffixe -age ; « sans qu'il semble nécessaire de supposer un intermédiaire bas latin *staticum [1] ».
(Nom 2) Du latin stadium (« stade »).

Nom commun 1 Modifier

estage \Prononciation ?\ masculin

  1. Demeure, habitation, bâtiment.
    • En ceus a Dieu son siege et son estage.
    • La ville feit acquisition de l’estauge qui est tout joignant la porte des forges.
  2. Domination.
    • tenir en son estage.
  3. Séjour.
    • N’i voust puis faire lonc estage — (Le Roman de Troie, édition de Constans, tome I, p. 99, c. 1165)
  4. Durée, certain temps.
    • …remandra un estage.
  5. Stature, dimension, taille.
  6. État, situation, position.
    • en estage, debout.
  7. Opposition, résistance, lutte.
  8. Redevance, probablement loyer payé pour demeurer quelque part.
    • …et deux sols en deniers de estage chacun an.
  9. Étage.

VariantesModifier

DérivésModifier

Dérivés dans d’autres languesModifier

Nom commun 2Modifier

estage \Prononciation ?\ masculin

  1. Stade, mesure de longueur.
    • .vi. vins estages qui bien montent sept lieues et demi. — (St. Graal, II)

SynonymesModifier

Nom commun 3Modifier

estage \Prononciation ?\ féminin

  1. Variante de estache.

RéférencesModifier

Ancien occitanModifier

Nom commun Modifier

estage masculin

  1. Variante de estatge.

RéférencesModifier

  • François RaynouardLexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l’Europe latine, 1838–1844