FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Emprunté au latin eunuchus, lui-même emprunté au grec ancien εὐνοῦχος, eunoûkhos (« gardien du lit ») dérivé de εὐνή eunế (« lit ») et du verbe ἔχειν, ékhein (« garder »).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
eunuque eunuques
\ø.nyk\

eunuque \ø.nyk\ masculin

  1. Individu à qui l’on a enlevé les organes génitaux.
    • Taisez-vous Taxis, taisez-vous ! vous êtes hideux et impolitique. Algébriste, vous avez l’esprit faux ; protestant, vous l’avez étroit ; eunuque, vous l’avez envieux. — (Pierre Louÿs, Les Aventures du roi Pausole, 1901)
  2. (En particulier) Gardien des harems dans les pays d’Orient et en Chine.
    • Le Sultan n’a emmené en campagne qu’une trentaine de femmes de son harem. […]. Une garde d’eunuques à cheval et armés jusqu’aux dents les encadre, annonçant leur arrivée à grands cris : […]. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, page 117)
    • Beaucoup plus connue est la généralisation de la castration dans le monde arabe, par l’intermédiaire des eunuques de harem, ces « gardiens du lit » au sens littéral du mot, à qui revenait la responsabilité de la chasteté des femmes du sultan. — (Patrick Barbier, Histoire des Castrats, Grasset , 1989, page 15)
  3. (Traduction de textes anciens) Personne (principalement homme) qui n’a pas d’attirance sexuelle pour le sexe opposé ; qui ne souhaite pas se marier ou procréer ; homosexuel (strict) ; par analogie, personne chaste.

SynonymesModifier

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

  •   eunuque figure dans le recueil de vocabulaire en français ayant pour thème : esclavage.

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • eunuque sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier