Ouvrir le menu principal

examen de conscience

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Composé de examen et de conscience.

Locution nominale Modifier

examen de conscience \eɡ.za.mɛ̃ də kɔ̃.sjɑ̃s\

  1. Exercice d’introspection ; méditation sur soi-même.
    • Il lui revint en mémoire que son cahier d’examens de conscience n’était pas à jour. D’ici lundi soir, il lui faudrait donc découvrir quatre ou cinq péchés dont elle pût faite état dans son cahier, et c’était là un minimum, car qui donc peut prétendre, sans orgueil, à pécher moins de quatre fois la semaine ? La cadette des demoiselles Hermeline, Mlle Bertrande, qui était professeur d’examen de conscience dans la classe de première année, ne tolérait pas qu’on lui donnât pour des péchés véritables des niaiseries qui ne prêtent même pas à un commentaire. — (Marcel Aymé, La jument verte, Gallimard, 1933, collection Le Livre de Poche, page 102.)
    • Lucienne l’informa qu’elle venait d’être première en examen de conscience, mais il l’en félicita sans chaleur. Il réprouvait à part lui le zèle de Mlle Bertrande, n’aimant pas qu’elle appliquât aux choses de l’âme les méthodes de la botanique. — (Marcel Aymé, La jument verte, Gallimard, 1933, collection Le Livre de Poche, page 187.)
    • J’ai fait quatre compagnies dans ma vie. Je n’ai jamais vu ça. Il serait temps qu’on fasse tous notre examen de conscience. — (Vincent Vérier , « Air France : un Boeing 787 tout neuf cloué au sol » sur Le Parisien, LE PARISIEN LIBERE. Mis en ligne le 22 mai 2018)
    • On le voit, l'idéologie méa-culpiste et les liturgies pénitentielles de Vichy trouvèrent en lui un réfractaire immédiat: il ne refusait certes pas l’examen de conscience mais ce moralisme stérile, déplacé, unilatéral, cette "fuite dans la morale". — (Cahiers Jacques Maritain, n° 30 à 35, Cercle d'études Jacques et Raïssa Maritain, 1995, p. 19)

TraductionsModifier

Voir aussiModifier