exténuer

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Siècle à préciser) Du latin extenuare, infinif de extenuo (« rendre mince, amoindrir ; affaiblir »).

Verbe Modifier

exténuer \ɛk.ste.nɥe\ transitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’exténuer)

  1. Affaiblir extrêmement par la maladie, la fatigue ou les excès.
    • Ils ne revinrent donc qu’exténués et à demi morts de faim. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • (Pronominal) C’est que ces paysans du Vaucluse, parfois si ardents au plaisir, sont les mêmes qui […] s’exténuent durant de nombreuses heures à toutes sorte de travaux minutieux et compliqués. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • (Pronominal) Lui qui, d’habitude, d’une plume sûre, attaquait méthodiquement le papier, s’exténuait sur ses phrases. Il peinait, raturait. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 54)

Apparentés étymologiquesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier