extorquer

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Siècle à préciser) Du latin extorquere (« arracher, obtenir de force ») → voir extorsion, torsion et tordre.

Verbe Modifier

extorquer \ɛk.stɔʁ.ke\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Tirer, obtenir par force, par violence, par menaces ou par tout moyen de pression.
    • Ce devait être un fripon, car une fois déjà, un autre acheteur de duvet et soumissionnaire de saindoux avait fait nombre de dupes et extorqué plus de cent roubles à l’archiprêtresse. — (Nicolas Gogol, Les Âmes mortes, 1842, traduction de Henri Mongault, 1949)
    • Non content de leur extorquer de l’argent par tous les moyens, on chercha, dans le Midi, à les déposséder des biens immeubles qu’ils détenaient en vertu d’usages très anciens. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • J’eus un vague sentiment que sa visite désespérée, la traite impayable de la fin du mois, la lettre de Janine, tout cela n’avait eu d’autre but que de m’extorquer la somme nécessaire à l’achat du lustre et peut-être d’autres objets. — (Edmond Jaloux, Le Pouvoir des choses, 1941, page 125)

SynonymesModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

  • Belgique (Brabant wallon) : écouter « extorquer [ɛkstɔʁke] »

RéférencesModifier