faire assaut

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

 Composé de faire et de assaut.

Locution verbale Modifier

faire assaut \fɛʁ‿a.so\ (se conjugue → voir la conjugaison de faire)

  1. (Désuet) Assaillir.
    • Alors on délibère de faire assaut par la porte et par la fenêtre de ma chambre et en même temps ; mais l’inspecteur n’osant se montrer, les soldats refusent la plupart de s’exposer et de se faire blesser inutilement ; […]. — (Louis Marie Prudhomme, Révolutions de Paris, dédiées à la nation, vol. 3, page 34, 1790)
  2. (Escrime) Se battre l’un contre l’autre avec des fleurets, pour s’exercer.
  3. (Figuré) (Familier) Rivaliser ; disputer à qui en fera le plus ou le mieux. — Note d’usage : Dans ce sens, l’on use de la préposition de suivie du nom du but poursuivi.
    • Je n’ai jamais, de ma vie, entendu un vacarme pareil : le mayoral, le zagal, les escopeteros, le postillon et les bouviers faisaient assaut de cris, d’invectives, de coups de fouet, de coups d’aiguillon ; ils poussaient les jantes des roues, soutenaient la caisse par derrière, tiraient les mules par le licou, les bœufs par les cornes avec une ardeur et une furie incroyables. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
    • L’urbanisme de notre époque ne peut se comprendre si on ne saisit pas les deux contraintes auxquelles il est soumis : celle qui naît de la mondialisation de l’économie, et qui oblige toutes les cités à faire assaut de séduction auprès les entreprises, […]. — (Cynthia Ghorra-Gobin, Penser la ville de demain : qu’est-ce qui institue la ville ?, 1994, page 264)
    • Au moment de partir, il remit à Mahmoud un document qui devait être une donation en bonne et due forme et je les ai entendus faire assaut de générosité. — (Dominique Bagge, Diran: récit d’une jeunesse arménienne, 1991, page 69)

PrononciationModifier

RéférencesModifier