Ouvrir le menu principal

Sommaire

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Composé de faire et de honte.

Locution verbale Modifier

faire honte \Prononciation ?\ transitif indirect (se conjugue → voir la conjugaison de faire)

  1. Causer de la honte, être un sujet de honte pour quelqu'un.
    • Ils tirent vanité de ce qui devrait leur faire le plus de honte.
    • Cet élève fait honte à tous les autres par son application.
  2. (Vieilli) Faire des reproches qui causent de la honte, de la confusion.
    • Je lui dis qu’il me fait mal au cœur, je lui fais honte, je lui dis que ce n'est point la vie d’un honnête homme. — (Marquise de Sévigné, 44)
    • Elle soupa le soir, et [la Voisin, empoisonneuse] recommença, toute brisée qu’elle était, à faire la débauche avec scandale ; on lui en fit honte, et on lui dit qu’elle ferait bien mieux de penser à Dieu. — (Marquise de Sévigné, 407)
    • Qu’il sache faire honte à tous ceux qui aiment une dépense fastueuse. — (Fénelon, Les Aventures de Télémaque, XXII)
    • Accordez-moi du moins quelques minutes, que je m’attife un peu : je ne voudrais point faire honte aux gens de là-bas. — (Charles Deulin, « Le Poirier de Misère », in Cambrinus et autres Contes, circa 1847–1875)
  3. (Poétique) Éclipser.
    • À quelles roses ne fait honte
      De son teint la vive fraîcheur ?
      — (François de Malherbe, V, 18)
    • La belle enfin découvre un pied dont la blancheur
      Aurait fait honte à Galathée.
      — (Jean de la Fontaine, Scam.)
    • Ses trésors, sous vos pas confusément semés,
      Ont de quoi faire honte à l’abondance même.
      — (Molière, Psych., IV, 2)

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier