Étymologie

modifier
Composé de faire, la et cour, initialement faire partie de la cour, des courtisans de quelqu’un.

Locution verbale

modifier

faire la cour \fɛʁ la kuʁ\ intransitif (se conjugue → voir la conjugaison de faire)

 
Un damoiseau fait la cour à une damoiselle.
  1. Tenter de séduire quelqu’un pour s’en faire aimer.
    • D’autres, arrivant à l’âge mûr, mettent toute leur vanité à oublier qu’un jour ils purent s’abaisser au point de faire la cour à une femme et de s’exposer à l’humiliation d’un refus […] — (Stendhal, De l’Amour, 1822, 1re préface de 1826)
    • Cette pitoyable comédie, entremêlée de bouquets, de parures, de parties de spectacle, s’appelle faire la cour à sa prétendue. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Vatelin. — Ah ! c’est que c’est un tel gaillard. Un tel pécheur devant l’Éternel ! Tu ne le connais pas ? Il ne peut pas voir une femme sans lui faire la cour ! il les lui faut toutes ! — (Georges Feydeau, Le Dindon, 1896)
    • « Faire la cour ! » je trouve cette expression ridicule. Elle a tout du pompier ! La cour que me fera Jacques sera une cour d’amour. L’expression en sera autrement jolie. Elle aura tout du troubadour ! — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, réédition Le Livre de Poche, page 284)
    • Aujourd'hui, en amour, on ne fait plus la cour à une femme, on bouscule son jardin. — (Pierre Dac, Les Pensées, Éditions Saint-Germain-des Prés, 1972)
  2. Chercher à plaire à quelqu’un généralement pour obtenir quelque chose en retour.
    • « Mais, d’un autre côté, faire la cour aux hommes du peuple, comme il est de nécessité en Amérique, est au-dessus de mes forces. Il me faut les mœurs élégantes, fruits du gouvernement corrompu de Louis XV. » — (Stendhal, Lucien Leuwen, 1834)

Synonymes

modifier

Traductions

modifier

Prononciation

modifier