faire rage

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

 Composé de faire et de rage.

Locution verbale Modifier

faire rage \fɛʁ ʁaʒ\ intransitif (se conjugue → voir la conjugaison de faire)

  1. (Vieilli) Faire des efforts extraordinaires, faire tout son possible, se signaler en quelque chose ; en parlant en bien comme en mal.
    • L’avocat en plaidant a fait rage contre la partie adverse.
  2. Se déchaîner.
    • Au cœur de l'islam, la bataille fit rage quelque temps entre ceux qu'attirait le rationalisme grec d'un côté et, de l'autre, ceux qui mettaient l'accent sur la prééminence de la Parole révélée de Dieu comme seule explication des phénomènes humains et naturels. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992)
    • Nous vous entendons quelquefois chanter dans votre chambre quand les maçons ne font pas rage — (Willy [Henry Gauthier-Villars] et Sidonie-Gabrielle Colette, Claudine à l’école, Le Livre de Poche, 1900, p. 39)
    • « Galliéni ! », cri rauque, repris en masse sur un mode sourd d'incantation magique par soixante Pafiens, réunis le 21 juin pour fêter le Midwinter, alors que vent et neige font rage à l'extérieur. — (La Revue maritime, n° 206 à 216, 1964)
    • Si l'on envoyait un message avec des accents ou des trémas, des cédilles, des perluètes, il arrivait péniblement chez la plupart des autres avec des codes chiffrés entre les lettres normales. Le débat fît rage, de savoir s'il fallait désaccentuer le français pour que la communication des idées continue (en attendant d'hypothétiques progrès techniques) […]. — (Patrick Rebollar, Les salons littéraires sont dans l'Internet, Presses universitaires de France, 2002, page 25)

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier