FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1872)[1]. Du francoprovençal farbella[1].

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
falbala falbalas
\fal.ba.la\

falbala \fal.ba.la\ masculin

  1. Pièce d’étoffe plissée utilisée pour rehausser l’apparence d’un vêtement ou d'un rideau.
    • Madame Necker, […], ne le cédait en magnificence à aucune des dames de son cercle. Trois étages de falbalas garnissaient sa robe; …. — (Julie de Quérangal, Philippe de Morvelle, Revue des Deux Mondes, T. 2,4, 1833)
    • Quant aux serpents, il en vit plusieurs, et l’Infante épouvantée serrait autour de ses chevilles sa robe à falbalas, qui traînait des guirlandes de ronces mortes. — (Marcel Pagnol, Le temps des secrets, 1960, collection Le Livre de Poche, page 167)
  2. (Péjoratif) Ornement trop voyant sur les vêtements.
    • Une dame vint à la messe avec des falbalas à remplir toute l'église ; le commissaire du quartier, qui se trouvait là par hasard, fit reculer la foule jusqu'au portail, afin de protéger une si riche toilette. — (Henri Mongault (trad.), Les Âmes mortes, 1949 ; traduit du russe : Nicolas Gogol, Мёртвые ду́ши, 1842)
  3. (Péjoratif) Rituel inutile.
    • – Je connais les déguisements qui conviennent à toutes ces sortes de singeries, m’avait-elle expliqué. Dans la journée, il faut être printanière, claire et nette, chic et surtout pas provocatrice. Le soir, romance et falbalas, charme et féminité. Ne vous faites aucun souci, je serai une cavalière à la hauteur de votre rêve. — (Philippe Labro, L’étudiant étranger, Gallimard, 1986, page 250)
    • Si l'homme moderne jure qu'il ne veut pas pour lui-même de falbala religieux après sa mort, quelque chose lui enjoint d'avoir la faiblesse de l'offrir à son défunt. — (Philippe Delaroche, Caïn et Abel avaient un frère, Éditions de l'Olivier / Le Seuil, 2000, page 293)

SynonymesModifier

Quasi-synonymesModifier

TraductionsModifier

DérivésModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier