Voir aussi : Faner

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin vulgaire, fenare, même sens, lui-même de fenum (« foin »). Fener au XIe siècle, faner au XIVe siècle, et même une variante fanir au XVIe siècle.

Verbe Modifier

faner \fa.ne\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Tourner et retourner l’herbe d’un pré fauché, pour la faire sécher.
    • Voilà un beau temps pour faner.
    • Faner l’herbe d’une prairie.
  2. Altérer une plante dans sa fraîcheur et dans sa couleur.
    • Le grand vent, le grand soleil fane les fleurs.
    • L’herbe se fane quand on la laisse trop longtemps sur pied.
    • Les fleurs commencent à se faner dès qu’elles sont cueillies.
    • Nous, on s’esbigne en souplesse sans seulement qu'elle s'en aperçoive, la chère épicemarde, attentive qu'elle est à sa laitue peu chère qu'a tendance à faner, et dont elle arrache une feuille jaunie de temps en temps, avec une grande détresse de femme qui épluche son capital. — (Frédéric Dard, San Antonio : Sucette boulevard, éd. Fleuve Noir, 1976)
  3. (Par extension) Altérer l’éclat d’une couleur, du teint.
    • Le soleil a fané cette couleur.
    • Cette longue réclusion lui a fané le teint.
    • Pierre tint serrés les cordons de sa bourse ; il ne voulut pas entendre parler d’embellissements ; l’ancien mobilier, fané, usé, éclopé, dut servir sans être seulement réparé. Félicité, qui sentait vivement, d’ailleurs, les raisons de cette ladrerie, s’ingénia pour donner un nouveau lustre à toutes ces ruines ; elle recloua elle-même certains meubles plus endommagés que les autres ; elle reprisa le velours éraillé des fauteuils. — (Émile Zola, La Fortune des Rougon, G. Charpentier, Paris, 1871, ch. II ; réédition 1879, p. 81-82)
    • Le capitaine Colette n’embrassait pas les enfants : sa fille prétend que le baiser les fane. — (Colette, Sido, 1930, Fayard, page 54.)
  4. (Figuré) Perdre de son éclat, de sa vigueur ou de sa beauté d'origine en raison du passage du temps.
    • Cette femme commence à se faner, se fane.
    • On dit de même que la beauté se fane.
    • Les plus beaux souvenirs se fanent, les meilleurs vins dépérissent. — (Biz, La chaleur des mammifères, Leméac, Montréal, 2017, p. 19)
  5. (Familier) Énerver, fatiguer, saouler, exaspérer quelqu'un
    • Ça commence à me faner cette histoire
    • Il dit que ça le fane de toujours faire la même chose.
    • On perd la tête dans la zone, elle m'appelle sur mon phone
      On s'apprécie mais parfois, son comportement me fane.
      — (Aladin 135, Bikini sur l'album Phantom, 2020)

SynonymesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

PrononciationModifier


HomophonesModifier

RéférencesModifier

BretonModifier

Forme de nom commun Modifier

Mutation Singulier Pluriel 1 Pluriel 2
Non muté paner panerioù paneroù
Adoucissante baner banerioù baneroù
Spirante faner fanerioù faneroù

faner \ˈf̬ãːnɛr\ féminin

  1. Forme mutée de paner par spirantisation (p > f).

AnagrammesModifier