Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Nom commun 1) (1213) Déverbal de farder.
(Nom commun 1) De fardeau.

Nom commun 1 Modifier

Singulier Pluriel
fard fards
\faʁ\

fard \faʁ\ masculin

  1. (Cosmétologie) Enduit qu’on applique sur la peau ou une partie du visage pour la colorer ou pour la protéger.
    • Une petite boîte de bois rose, qui venait de l’île Dioscoride, contenait des fards de toutes les couleurs. — (Pierre Louÿs, Aphrodite, Mercure de France, Paris, 1896)
    • Elle achetait les onguents, des pots de fard, des crayons, qui traînaient sur tous les meubles, avec des houppettes de poudre de riz et des flacons d’odeur. Ses journées, elle les passait, devant sa glace, à se maquiller, à se contempler […] — (Octave Mirbeau, Lettres de ma chaumière : La Tête coupée, A. Laurent, 1886)
    • L’emploi des fards que l’on applique sur la figure pour en modifier l’aspect doit être fait avec la plus extrême prudence […] il serait délicat d’insister sur l’apparence regrettable qu’ont pris certains visages féminins qui ont été trop longtemps exposés aux attaques des fards ; ceux-ci ont pu à un certain moment donner un éclat particulier au visage, mais ils l’ont souvent irrémédiablement flétri. — (Marcel Hégelbacher, La Parfumerie et la savonnerie, 1924, page 126)
    • Je vis que sa beauté, comme son caractère, était absolument sans fard. Ni rouge aux lèvres, ni fer aux cheveux ; rien aux cils ni aux paupières. — (Pierre Louÿs, Trois filles de leur mère, René Bonnel, Paris, 1926, chapitre IV)
    • Ses airs penchés, sa ravissante et luxueuse pochette de soie, son bracelet-montre en or, le fard étalé sur ses joues le tenaient quitte de manifester son opinion. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
  2. (Figuré) Déguisement, feinte, dissimulation.
    • Privé de tout accommodement, de ses fards, de ses sourires et de ses ruses, le vice a peu de chance de séduire la vertu la plus chancelante. — (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928 ; Préface de la 3e édition de 1929)
    • Livres, discours, manifestes, la remise en cause de cet esprit qui a irrigué le XVIIIe siècle autour des figures totémiques de Voltaire, de Rousseau, de Kant et de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, ce mouvement fondateur de la modernité politique européenne et matrice intellectuelle de la Révolution française, s’affiche aujourd’hui sans fard. — (Ariane Chemin, Vincent Martigny, « Mais qui veut éteindre les Lumières ? », Le Monde. Mis en ligne le 15 novembre 2018)

DérivésModifier

SynonymesModifier

HyponymesModifier

TraductionsModifier

Nom commun 2Modifier

Singulier Pluriel
fard fards
\faʁ\

fard \faʁ\ masculin

  1. (Marine) Fard de l'avant : Ensemble du mât de misaine et du mât de beaupré.
  2. (Marine) Fard de l'arrière : Ensemble du mât d'artimon et du grand mât.

PrononciationModifier

HomophonesModifier

Voir aussiModifier

  • fard sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier

ItalienModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun Modifier

Invariable
fard

fard \Prononciation ?\ masculin invariable

  1. (Cosmétologie) Fard, enduit qu’on applique sur la peau ou une partie du visage pour la colorer ou pour la protéger.

Voir aussiModifier

  • fard sur l’encyclopédie Wikipédia (en italien)