Voir aussi : fasciné

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XVIe siècle)[1] Du latin fascina (« fagot, botte »)[1]. En ancien français faissine[2]

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
fascine fascines
\fa.sin\

fascine \fa.sin\ féminin

  1. Fagot de petit bois.
    • Le travail à exécuter était difficultueux, car les castors devaient, après les avoir rognées à la dimension convenable, traîner à travers la vase bûches et fascines. — (James Oliver Curwood, Kazan, 1914, traduit de l’anglais par P. Gruyer et L. Postif, Hachette, 1937, page 208)
  2. Fagot de branchages dont on se sert pour combler des fossés, réparer de mauvais chemins et faire des ouvrages de défense.
    • Au temps de Vercingétorix, trois enceintes de fascines et de terre battue, revêtues de pierres sèches, s’arrondissaient en amphithéâtre sur le flanc de la colline. — (George Sand, Jeanne, 1844)
    • On fait alors des puits d’un mètre de diamètre environ, cerclés par des fascines destinées à retenir les terres qui pourraient s’ébouler. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 81)
    • La circulation dans des rigoles ouvertes, l’écoulement sur des fascines sont très efficace à cet égard. — (Odette Bussard, Cultures légumières, 1943)
    • La tranchée était plutôt bâtie que creusée, composée de sacs, de fascines et de claies, trop mince rempart que nous consolidions toutes les nuits. — (Jean Guéhenno, Journal d’un homme de 40 ans, Grasset, 1934, réédition Le Livre de Poche, page 181)
    • Comme dans les Rhunes, les parois de la tranchée étaient retenues par des fascines. — (Robert Merle, Malevil, 1972)
  3. Construction de fagots disposés à l'horizontale entre deux rangs de pieux, qui sert comme barrière ou pour empêcher l'érosion des berges d'un cours d'eau ou de ruissellement de surface.
  4. Assemblage.
    • Des étudiants, des ouvriers couraient. Il passa devant des fascines de barbelés (à quoi ça pourrait-il servir ?), monta, contourna la mitrailleuse atteignit le palier. — (André Malraux, La Condition humaine, 1946, réédition Folio Plus Classiques, 2019, page 249)

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe fasciner
Indicatif Présent je fascine
il/elle/on fascine
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que je fascine
qu’il/elle/on fascine
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
fascine

fascine \fa.sin\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de fasciner.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de fasciner.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de fasciner.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de fasciner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de fasciner.

PrononciationModifier

RéférencesModifier

  1. a et b « fascine », dans TLFi, Le Trésor de la langue française informatisé, 1971–1994 → consulter cet ouvrage
  2. Frédéric GodefroyDictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle, édition de F. Vieweg, Paris, 1881–1902 → consulter cet ouvrage (faissine)

PortugaisModifier

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe fascinar
Subjonctif Présent que eu fascine
que você/ele/ela fascine
Imparfait
Futur
Impératif Présent
(3e personne du singulier)
fascine

fascine \Prononciation ?\

  1. Première personne du singulier du présent du subjonctif de fascinar.
  2. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de fascinar.
  3. Troisième personne du singulier de l’impératif de fascinar.