Ouvrir le menu principal

Sommaire

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) De ficher pour remplacer foutre.

Interjection Modifier

fichtre \fiʃtʁ\ invariable

  1. (Vieilli) ou (Ironique) Expression marquant la surprise, le désarroi, parfois l’admiration. → voir bigre, diable etc.
    • Fichtre, tu as déjà fini !
    • Fichtre non, répéta-t-elle, en me singeant. Avec ça qu’il faudrait vous pousser beaucoup. — (Léo Malet, Les Eaux troubles de Javel, Robert Laffont, Paris, 1957)
    • Fichtre ! Te voici donc condamné à la clandestinité avant même d’avoir commencé ta libération. — (Narcisse Praz, Le Rocher de Sisyphe, 1983)


Adverbe Modifier

fichtre \fiʃtʁ\ invariable

  1. Renforcement d’un énoncé négatif placé après le verbe.
    • Et je ne vois fichtre pas ce qui peut t’exciter en faveur des Grecs. — (Anatole France, Le Mannequin d’osier, 1897)
    • Je ne sais fichtre pas ce qu’il aurait pu m’apprendre, et encore pour cela, aurait-il fallu qu’il ouvre la bouche. — (Léo Malet, Les Rats de Montsouris, Robert Laffont, Paris, 1955)
    • Il avait pris un soir son baluchon pour aller habiter chez une copine. Où précisément ? Peut-être du côté d’Élan ou de Villers-le-Tilleul. Il n’en savait fichtre rien. — (Bernard Totot, Le Mystère du troisième pied, Éditions Le Manuscrit, 2012, p. 109)
    • Voilà, incontestablement, un livre générationnel ! Hommes ou femmes de moins de 55 ans, passez votre chemin, vous n’y comprendriez fichtre rien. — (J. Remy, « Au fil des pages : Il y a trop de tout partout », Le Bien public (www.bienpublic.com), le 19 juillet 2013)

TraductionsModifier