fils de la Vierge

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

  • Dans toutes nos vieilles provinces françaises, ce sont les Fils de la Vierge. C’est, suivant les antiques légendes, les fils provenant de la quenouille de la mère de Jésus-enfant. Pendant qu’il sommeille, la Vierge assise les file de ses doigts menus au bout de son fuseau, et les laisse s’éparpiller dans l’air, pour rendre plus chaud, l’hiver, le nid des oiselets. — (Georges Dubosc, Les fils de la Vierge, 1899)

Locution nominale Modifier

fils de la Vierge \fil də la vjɛʁʒ\ masculin pluriel

  1. (Zoologie) (Familier) (Au pluriel) Filandres qui voltigent dans l’air en automne.
    • Des grandes fleurs de nos étangs nous aurions fait des baumes pour les blessures, les fils de la vierge nous auraient servi de charpie. — (Alphonse Daudet, Les fées de France, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 150.)
    • Bons petits cheveux si légers,
      Jolis petits fils de la Vierge,
      Vivent l’air pur qui vous héberge
      Et la route où vous voyagez !
      — (Maurice Rollinat , Les Fils de la Vierge dans Les Névroses, 1883)
    • Le phénomène des fils de dispersion des araignées est très connu des jardiniers. Il est très fréquent. On l’appelle aussi « fil de la vierge » car jadis, les gens pensaient que la vierge envoyait ces fils sur terre. L’ampleur de ce qui s’est passé jeudi peut s’expliquer par le fait que la nature peut, dans certaines circonstances météo par exemple, être explosive. — (Stéphane Blezy, Mystérieux filaments : fils d’araignées ou retombées d’incendie ?, www.ledauphine.com, 9 novembre 2013)

RéférencesModifier