Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De flûte avec suffixe -er.

Verbe Modifier

flûter \fly.te\ intransitif et transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Vieilli) Jouer de la flûte.
    • Quand il veut flûter, il s’en va le dimanche, et mêmement la nuit, dans des endroits non fréquentés où il flûte à sa guise ; et quand je lui demande de flûter pour moi, il me répond qu’il ne sait pas encore ce qu’il veut savoir, et qu’il m’en régalera quand ça en vaudra la peine. — (George Sand, Les Maîtres sonneurs, George Bell and sons, 1908, pages 45-46)
  2. (Par analogie) Rendre des sons analogues à ceux de la flûte. → voir flûté
    • Entendez-vous flûter le merle ?
    • Tenez, moi je me sens la cousine de l'ortolan — vous savez, le petit oiseau qui flûte sa chanson en cinq notes à la pointe des piquets de vigne — et j'ai de très tendres affinités avec les rainettes de la Cisse. — (Maurice Bedel, Le mariage des couleurs, 1951, ch. II)
  3. (Figuré) (Familier) (Vieilli) Boire beaucoup, en particulier de l'alcool → voir picoler et siffler.
    • Le cardinal Canali n'y figurait jamais [dans un dîner traditionnel], mais les chapelains restaient volontiers, et flûtaient parfois d'abondance le champagne Polignac. — (Roger Peyrefitte, Chevaliers de Malte, deuxième partie, chapitre VI ; Éditions Flammarion, Paris, 1957, page 131.)

Variantes orthographiquesModifier

fluter (orthographe rectifiée de 1990)

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier