fleurdelyser

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

 Dérivé de fleur de lys avec le suffixe -er.

Verbe Modifier

fleurdelyser \flœʁ.də.li.ze\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

 
« D’azur à la croix d’argent fleurdelysée d’or. » (définition 1)
  1. (Vieilli) Décorer, orner de fleur de lys.
    • Et faut-il qu’à jamais pour moi, quand vient le soir,
      Au lieu de s’étoiler, le ciel se fleurdelyse ?
      — (Victor Hugo, Les contemplations, livre V : En marche, III : Écrit en 1846, § II ; Éditions Rencontre, Lausanne, 1962, pages 331)
    • Une boutique était là, avec sa tente de toile à matelas appuyée au haut de la haute borne fleurdelysée. — (Edmond de Goncourt et Jules de Goncourt, Madame Gervaisais, chapitre VII)
  2. (Histoire) Marquer au fer rouge d’une fleur de lys certains condamnés.
  3. (Figuré) Marquer du sceau de l’infamie.
    • Il y a, repris le petit homme, les meurtris, les vaincus, les tarés, ceux que la malchance a fleurdelysés à jamais et qui se réfugient dans ce bagne moral, […]. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 93)
  4. (Figuré) Royaliser.
    • Voyant que l’affaire donnait parmi un état major recruté en partie dans les écoles tenues par les Jésuites, le royalisme vint à la rescousse, et voici comment, grâce à M. Joseph Fabre, la réaction et le cléricalisme qui, autrefois trahirent Jeanne d’Arc, la livrèrent à l’étranger, puis la brûlèrent sur un bûcher, essayent aujourd’hui de se faire un tremplin de ce bûcher pour fleurdelyser et engoupillonner le patriotisme français […] — (La Lanterne : journal politique quotidien, 10-06-1894)

Variantes orthographiquesModifier

PrononciationModifier