FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1828) Peut-être de l’allemand Flick attesté dès 1510 au sens de « jeune homme », « garçon ».
Une autre étymologie raconte que ce mot viendrait de l’allemand Fliege (« mouche »), car, dans l’argot du XIVe siècle, mouche désignait les espions et les traîtres qui collaborent avec les autorités ; puis les policiers eux-mêmes : « Les mendiants et les voleurs sont souvent obligés de déménager, et ils emportent avec eux leur langage. On ne sait pas très bien quand ça s’est produit, mais la mouche va prendre son envol et atterrir en Allemagne. ». Elle sera alors traduite en Fliege (« mouche »). « Au début du XIXe, notre mouche germanisée passe à nouveau la frontière avec une bande de voleurs alsaciens, et elle revient en France, où elle s’acclimate. Fliege fait sa seconde mue et devient alors… le flic. »[1][2].

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
flic flics
\flik\

flic \flik\ masculin et féminin identiques

  1. (Argot) (Péjoratif) (Familier) Policier.
    • Il s'déplace avec sa camionnette, en pépère, et son commerce aux yeux des flics c'est d'trimballer des peaux d'lapin. — (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
    • Il avait cependant assisté […] à une rafle sur les quais de tous les mendigots et clochards qu'une brigade de flics avait cernés. — (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, page 79)
    • Voici Scorsese dans son élément : la rue, les fonds de cour, les bouis-bouis ensanglantés, les parrains sanguinaires et les flics pas tous nets. — (Odile Tremblay, Le Devoir, 7-8 octobre 2006)
    • Une bonne femme pas mal du tout l'accompagnait. Une flic, sans doute, ou sa nouvelle copine, ou les deux. Aucun ne voulait répondre aux journalistes. — (Maud Tabachnik, Ne vous retournez pas, Albin Michel, 2010)
    • Flic et journaliste, c'est comme chien et chat, c'est comme flic et avocat aussi. Ça s'attire, ça se respecte, ça se cajole ; jusqu'au coup de griffe qui laisse des cicatrices. — (Hervé Jourdain, Le Sang de la trahison, éd. Fayard, 2013, chap. 20)
  2. (Par extension) (Péjoratif) N’importe quel représentant des forces de l'ordre.
    • Et lui aussi quand il va passer le seuil de la maison des syndicats, que surveillent les flics patronaux, il pourra dire : Alors la France finit là. — (Aragon, Les Beaux quartiers, 1936, p. 501)

VariantesModifier

  • flique : Sale quartier! (...) on ne peut pas faire un pas sans rencontrer des fliques ! — (O. Méténier, Lutte amour, 1891, p. 188)

SynonymesModifier

→ voir policier

DérivésModifier

HyponymesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

  • ACAB
  •   flic figure dans le recueil de vocabulaire en français ayant pour thème : police.

TraductionsModifier

PrononciationModifier

  • France (Île-de-France) : écouter « flic [flik] »

RéférencesModifier