FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Autre forme du verbe fleurir.

Verbe Modifier

florir \flɔ.ʁiʁ\ 2e groupe (voir la conjugaison)

  1. Synonyme de fleurir, au sens figuré seulement.
    • La liberté ne florira qu'à l'ombre du siège de l'apôtre chrétien. — (Hippolyte Augié, Le prince de Machiavel, ou La Romagne en 1502, tome premier, chapitre VII ; Guillaumin libraire, Paris, 1834, page 111)
    • Sans nul doute, une telle religion ne peut florir que dans des contrées vouées comme l’Inde au plus atroce esclavage, à la plus impitoyable exploitation de l’homme par l’homme… — (Eugène Sue, Le Juif errant, 1844, Troisième partie, chapitre V)
    • Ce genre affreux est trop périmé aujourd’hui pour que je m’y étende longuement. Il florissait vers 1887, non seulement dans les salles de garde, mais aussi dans les chaires de faculté. — (Léon Daudet, Souvenirs littéraires – Devant la douleur, Grasset, 1915, réédition Le Livre de Poche, page 120)
    • Quant aux comédies, elles restent bannies du répertoire jusqu’au milieu du dix-septième siècle, comme la danse ou le ballet qui floriront par la suite. — (Robert Brasillach, Pierre Corneille, Première partie, chapitre I, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1938, page 33)
    • Pour situer M. Jean dans toute la gloire de sa jeunesse, il faut remonter à l'époque fabuleuse de la splendeur du fief de ses pères et de la toute-beauté de la Paroisse dont son Oncle était le curé vers 1888, quand les couvents florissaient aux quatre coins de la ville. — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 408)

NotesModifier

Après Archiloque, de Paros, qui vivait dans le septième siècle avant J. C. , et qui fut l'inventeur du vers ïambique, on doit citer Slésichore , d'Himère en Sicile, qui florissait environ 570 ans avant J. C. — (A. Lesieur, Réponses aux questions littéraires contenues dans le programme adopté pour l'examen du baccalauréat ès lettres, Paris : Louis Hachette, 1841, page 50)
Pendant cette même partie du XIVe siècle , l'Université de Paris florissait. C'est à ce temps que doit se reporter la fondation d'un grand nombre de collèges , […]. — (Jean-Baptiste L'Écuy, Essai sur la vie de Jean Gerson, chancelier de l’Église et de l'Université de Paris, Paris : Chaude, 1832, vol.1, page 82)

Apparentés étymologiquesModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier

Ancien occitanModifier

 

ÉtymologieModifier

Du latin florire.

Verbe Modifier

florir

  1. Fleurir.

DérivésModifier

RéférencesModifier

  • François Raynouard, Lexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l’Europe latine, 1838–1844

CatalanModifier

ÉtymologieModifier

Du latin florire.

Verbe Modifier

florir

  1. Fleurir.

OccitanModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Verbe Modifier

florir \fluˈri\ (graphie normalisée)

  1. Fleurir.

PrononciationModifier

RéférencesModifier

PortugaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin florire.

Verbe Modifier

florir \Prononciation ?\ 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. Fleurir.

SynonymesModifier