Voir aussi : foiré

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Nom 1) (XIIe siècle)[1] Du latin feria (« fête, solennité, férie »). En ancien français le verbe foirer, signifiait (« chômer »)[2]. Sans rapport étymologique avec forain qui lui est lié par le sens.
(Nom 2) Du latin foria (« diarrhée »).

Nom commun 1 Modifier

Singulier Pluriel
foire foires
\fwaʁ\
 
Une foire.

foire \fwaʁ\ féminin

  1. (Sens étymologique) Fête populaire qui a lieu à certaines dates de l’année.
    • La foire de Neuilly.
    • La foire du Trône.
    • La foire du lendit.
    1. (Vieilli) Présent qu’on fait au temps d’une fête.
      • Il perd exprès pour me donner ma foire; il fait les choses de bonne grâce. — (Florent Carton, Foire de St-Germain, sc. 21.)
  2. (Belgique) Fête foraine, kermesse.
    • La Foire de Liège (ou Foire d'Octobre) ; la Foire du Midi (ou Kermesse de Bruxelles).
  3. Assemblée considérable et publique qui se tient en temps et lieu désignés d’avance, où les marchands peuvent étaler et vendre des objets de leur commerce.
    • Si les roueries employées dans le commerce des chevaux sont innombrables, elles se montrent bien mieux sous toutes les formes dans ces lieux de réunion qu’on appelle foires. — (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
    • Il hochait le chef, tout pareil à l’un de ces branle-tête que vendent les camelots dans les villes aux jours de grande foire. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Les marchés et les foires ne se peuvent établir en France que par la permission du roi. — (Févret, Traité de l’abus, I, 9)
    • Il y a quatre foires dans Paris : la foire St-Germain, la foire St-Laurent, la foire du Temple et la foire des jambons au parvis de Notre-Dame. — (Saint-Foix, Ess. Paris, Œuv. t. III, p. 410)
    • Pythagore disoit que la vie étoit semblable à une foire ; comme dans une foire les uns viennent pour s’exercer aux combats, d’autres pour négocier, et d’autres simplement pour regarder ; ainsi, dans la vie, les uns naissent esclaves de la gloire, les autres de l’ambition, et les autres ne cherchent simplement qu’à connoître la vérité. — ((attribué à) François de Salignac de La Mothe-Fénelon, Abrégé des vies des anciens philosophes : Pythagore, 1725)
    • Comme il n’y avait alors aucune grande ville, et qu’on ne connaissait ni les spectacles, ni les assemblées, ni les plaisirs sédentaires de la société privée, le temps des foires était celui des amusements. — (Abbé Raynal, Historique phil. I, Introd.)
    • Il détient d’ailleurs un record mondial en la matière, ayant serré 13 392 mains lors d’une foire agricole en 2002. — (Le Devoir, 22 mai 2007)
    1. (Par extension) Lieu de grande activité commerciale.
      • La Hollande est une foire continuelle où personne n’est riche que de sa propre industrie, ou de celle de son père. — (Voltaire, Dict. phil. Économie.)
    2. Marché spécialisé dans un type de marchandises.
      • Avant-hier, j’ai fait un grand voyage. Je suis parti à trente kilomètres de Vézelay – où je passe le plus clair de mon temps cet été – dans la ville de Corbigny (Nièvre). On m’avait dit que tous les deuxième mardi du mois se tenait une foire aux bestiaux. — (Michel Eltchaninoff, « Les Chemins de la Liberté », dans la newsletter du 16/07/2020 de Philosophie Magazine.)
      • Foire au pain d’épice, aux jambons.
      • Foire aux ferrailles, à la ferraille.
      • De la danse, une exposition, une foire gastronomique, des jeux et divertissements seront au menu de cette journée de célébrations. — (Le Devoir, 21 juin 2007)
    3. Exposition commerciale, industrielle ou artistique.
      • La foire de Paris, de Lyon, etc.
      • La foire annuelle de Bâle.

SynonymesModifier

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

Proverbes et phrases toutes faitesModifier

TraductionsModifier

Nom commun 2Modifier

Singulier Pluriel
foire foires
\fwaʁ\

foire \fwaʁ\ féminin

  1. Diarrhée.
    • J’ai bu du vin d’Argenteuil
      Et ce vin m’a donné la foire.
    • Lors de son voyage au Mexique, il a bu l'eau locale et il a attrapé la tourista. Ses pantalons étaient remplis de foire.

DérivésModifier

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe foirer
Indicatif Présent je foire
il/elle/on foire
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que je foire
qu’il/elle/on foire
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
foire

foire \fwaʁ\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de foirer.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de foirer.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de foirer.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de foirer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de foirer.

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • foire sur l’encyclopédie Wikipédia  
  • foire sur le Dico des Ados 

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin populaire feria, du latin classique feriae.
(c. 1160) feire (Roman d’Énéas).

Nom commun Modifier

foire \Prononciation ?\ féminin

  1. Foire.
    • Il s’en ala a la foire a Provins — (Hervis de Metz, édition de E. Stengel, p. 14, 1200-25)

VariantesModifier

Dérivés dans d’autres languesModifier

  • Anglais : fair (nom commun ; foire, fête)
  • Français : foire

RéférencesModifier

Ancien occitanModifier

ÉtymologieModifier

Du latin fodere.

Verbe Modifier

foire

  1. Fouir, fouiller, bêcher.

RéférencesModifier

  • François RaynouardLexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l’Europe latine, 1838–1844