FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIIe siècle) Dénominal de foire (« diarrhée ») ou foire (« fête ») pour le second verbe.

Verbe 1 Modifier

foirer \fwa.ʁe\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Populaire) Avoir la diarrhée, évacuer des excréments liquides.
  2. (Populaire) Avoir peur, défaillir de peur, céder à un relâchement, en chier.
    • Et elle en foire ! Car elle recommence à minuit jusqu’à quatre heures. — (Edmond et Jules de Goncourt, Journal, 1863)
  3. (Vieilli) Se détendre, en parlant d’un cordage, ne plus pouvoir serrer, en parlant d’une vis ou d’un pas de vis dont le filetage est détérioré.
  4. (Figuré) (Familier) Ne pas fonctionner, rater.
    • Notre plan a complètement foiré !
    • Tout le monde pense bien faire. As-tu jamais entendu quelqu’un avouer : j’ai vu une occasion de foirer dans les grandes largeurs et j’ai foncé tête baissée ? — (Antoine Bello, Les Éclaireurs, 2009, édition Folio, 2010, p. 297)

foirer transitif

  1. Ne pas réussir, rater quelque chose.
    • Il foire tout ce qu’il entreprend !
    • C’est en gobant ces âneries-là que tes républicains de 48 ont foiré leur sale besogne ! — (Émile Zola, La Terre, 1887)

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

Verbe 2Modifier

foirer \fwa.ʁe\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Québec) (Familier) Faire la fête, la foire, s’enivrer.
    • Hier soir j’ai foiré dans les bars!

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier