Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du bas latin foranus (« de l’extérieur »), du latin foris (« extérieur »). Remplacé par étranger, extérieur, etc. Dans ce sens, il a été assimilé à foire (« marché, fête »).
(Nom 2) Le détournement du terme provient très certainement du caractère peu fin, voire escroc, traditionnellement prêté aux personnes exerçant la profession de forain.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin forain
\fɔ.ʁɛ̃\
forains
\fɔ.ʁɛ̃\
Féminin foraine
\fɔ.ʁɛn\
foraines
\fɔ.ʁɛn\
 
Une attraction foraine (2).

forain \fɔ.ʁɛ̃\

  1. (Sens étymologique) Qui n’est pas du lieu, étranger.
    • Le droit de faire la traite fut réservé aux domiciliés, à ceux qui avaient fait souche. [...] Cette décision marquait un premier écart envers la tutelle de la mère patrie. Elle peut être considérée comme le point de départ de la lutte épisodique, mais qui dura cent ans, entre les forains et les domiciliés. — (Jean Hamelin (dir.), Histoire du Québec, Edisem, 1977, p. 104)
    • (Droit) Saisie foraine, saisie des effets mobiliers d’un débiteur de passage, étranger à la commune.
    • (Droit) Audience foraine, audience tenue par le juge de paix, en dehors du chef-lieu de canton.
  2. (Marine) Extérieur, qualifie un lieu de mouillage en dehors d’un port.
    • Un mouillage forain.
  3. Relatif à une foire, qui accompagne, qui fréquente les foires.
    • Une fête foraine.
    • Une attraction foraine.
      • Un homme avait hérité d’un carrousel, à une époque où l’attraction foraine commençait à s’enrichir des trouvailles de la modernité, du billard électrique à la chasse à l’ours électronique, en passant par le jackpot, le train fantôme, les circuits aériens à grande vitesse et à grand vertiges, les manèges de l’extrême. — (Jean-Pierre Otte, Histoires du plaisir d’exister, 1997)
    • Un marchand forain.
    1. (Par extension) Relatif aux marchands forains.
      • Ses cheveux, étalés en frange sur le front, s’y déroulaient avec une élégance foraine du meilleur aloi. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)

TraductionsModifier

Nom commun 1 Modifier

Singulier Pluriel
forain forains
\fɔ.ʁɛ̃\
 
Un forain dans son stand.

forain \fɔ.ʁɛ̃\ masculin (pour une femme on dit : foraine)

  1. Entrepreneur de spectacles et jeux divers sur les fêtes foraines.
    • Le premier soir, les forains, déjà prêts, les riches, les industriels-forains, les gadjé à casquettes et à combinaisons de toile, commençaient à faire tourner leurs manèges et cogner leurs scooters., — (G. L’Huillier, T’es manouche mon frère, Éditions du Scorpion, 1967, p. 44)

TraductionsModifier

Nom commun 2Modifier

Singulier Pluriel
forain forains
\fɔ.ʁɛ̃\

forain \fɔ.ʁɛ̃\ masculin (pour une femme on dit : foraine)

  1. (Populaire) Utilisé pour qualifier les manières ou les agissements d’une personne de grossiers.
    • L’artisan qui a refait les murs a rayé tout le parquet, il y est allé comme un forain.
    • Technique de forain.

NotesModifier

  • L’usage au féminin est plus marginal.

SynonymesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

Du bas latin foranus → voir fors, fuer et -ain.

Adjectif Modifier

forain \Prononciation ?\

  1. Étranger.
  2. Extérieur, écarté.
    • Il est venuz al forain mur — (La vie de saint Gilles, édition de Bos et Paris, p. 20, c. 1170)
  3. Du dehors, de dehors.
  4. Étranger, venant des étrangers.

VariantesModifier

DérivésModifier

Nom commun Modifier

forain \Prononciation ?\ masculin

  1. Étranger.

Dérivés dans d’autres languesModifier

RéférencesModifier