Voir aussi : Fort, fòrt, fořt, fort-

Étymologie

modifier
Du latin fortis.

Adjectif

modifier
Singulier Pluriel
Masculin fort
\fɔʁ\

forts
\fɔʁ\
Féminin forte
\fɔʁt\
fortes
\fɔʁt\

fort \fɔʁ\

  1. Costaud, robuste, vigoureux.
    • C’est une phrase surutilisée du penseur allemand Friedrich Nietzsche: «Ce qui ne me tue pas me rend plus fort — (Frédéric Tremblay, Nous rendre plus forts, journaldequebec.com, 24 mai 2021)
    • Être fort comme un roc.
    • Avoir une forte constitution.
    • Il n’est pas assez fort pour porter tout cela.
  2. Qui est puissant.
    • Vous aurez affaire à forte partie.
    • Un homme est bien fort quand il a pour lui la conscience.
    • La raison du plus fort.
    • Voix forte, voix pleine et qui se fait bien entendre.
  3. Solide.
    • Colle forte.
    • Cette toile est forte, elle durera longtemps.
    • De fortes murailles.
    • Cet arbre est déjà fort.
    • Une planche qui n’est pas assez forte.
    • Avoir la jambe forte, la main forte, etc.
  4. Capable, habile, expérimenté.
    • Cet élève est fort en histoire, en mathématiques, en anglais.
    • Il n’est pas assez fort pour traiter un pareil sujet.
    • Être fort aux échecs.
    • Je ne joue pas contre vous, vous êtes beaucoup plus fort que moi.
    • C’est une forte tête, c’est un homme de beaucoup de jugement, de beaucoup de capacité.
    • C’est une des plus fortes têtes du conseil, de l’assemblée.
    • Avoir la tête forte, se dit de quelqu’un qui porte bien le vin, qui peut en boire beaucoup sans en être incommodé.
    • — Je ne me fâche pas, grogna-t-il. Mais je connais les gens. Quand c’est pour demander, ils sont forts. Quand c’est pour rendre service, ils ne sont plus là. — (Bernard Clavel, Les Fruits de l’hiver, chapitre 26, Robert Laffont, 1968)
  5. Gros.
    • La carnassière, maintenant bien remplie, pesait à ses épaules le poids de deux forts lièvres. — (Alphonse de Châteaubriant, Monsieur des Lourdines, 1910, chapitre 2)
    • Elle était une de ces femmes auxquelles leur forte taille et leur prestance masculine donneraient le droit de s’habiller, sans qu’on les remarquât, en homme. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Joséfa n’aurait jamais cru qu’elles fussent si fortes ; elles avaient accaparé toute la graisse de la famille. — (François Mauriac, Le Mystère Frontenac, 1933, réédition Le Livre de Poche, page 222)
    • […] une blonde à forte poitrine dont les yeux verts pétillaient d’excitation, se trémoussait sur sa chaise, jappant comme un chiot qui attend son sucre. — (Philippe Labro, L’étudiant étranger, Gallimard, 1986, page 261)
    • (Par extension) Avoir les traits forts.
  6. Intense, qui fait une vive impression sur le goût et sur l’odorat, la vue
    • Il l’entraîne dans la salle à manger et débahute la bouteille de fort alcool. — (Raymond Queneau, Les derniers jours)
    • « L’alcool fort est déjà très taxé. Ce n'est pas moi qui vais augmenter le prix du cognac ou de l'armagnac », explique le ministre.— (Coralie Cathelinais, Pour le ministre de l’agriculture, "le vin n'est pas un alcool comme les autres", BFM TV, 16 janvier 2019)
  7. Qui est impétueux, violent, énergique.
    • Forte pluie.
    • Forte douleur.
    • Le coup de tonnerre fut si fort que les vitres en tremblèrent.
    • Donner une forte impulsion.
  8. Qui est important ou considérable.
    • Sa figure intelligente, dont les traits et le teint trahissaient une assez forte proportion de sang soudanais, […], prenait par moments une expression de grande affabilité. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, page 67)
    • C’est un fort acheteur.
    • Une forte maison.
    • Avoir une forte inclination pour quelque chose.
    • Cela fit une forte impression sur son esprit.
    • Une forte colère.
    • Cela est fort, un peu fort, voilà qui est fort, se dit d’une chose qui étonne désagréablement, qui paraît extraordinaire, difficile à croire ou dure et offensante.
  9. Qui est courageux, magnanime, ferme.
    • C’est un homme qui a l’âme grande et forte.
    • La femme forte de l’écriture.
    • Se porter fort pour quelqu’un, Répondre du consentement de quelqu’un.
  10. Qui est gros et épais de matière, capable de porter un poids ou de résister à un choc.
    • Terre forte, terre grasse, tenace et difficile à labourer.
  11. Qui est en état de résister aux attaques de l’ennemi.
    • Ville forte.
    • Place forte.
  12. Nombreux.
    • Une forte troupe d’ennemis.
    • Un fort parti d’opposition.
    • L’armée ennemie, plus forte de moitié que la nôtre.
  13. Rude, difficile, pénible.
    • Vous lui donnez là une forte tâche.
    • Le plus fort est fait, le plus difficile, le plus désagréable est fait.
  14. (Sens figuré) Considérable dans son genre et supérieur à une certaine valeur.
    • Une forte somme.
    • Une forte dose.
    • Prix fort, prix marqué sur lequel on peut obtenir certaines réductions.
    • Une forte lunette, une lunette qui a une longue portée.
  15. (Musique) La musique se divise en temps faibles et en temps forts.
    • Appuyer sur les temps forts.
  16. Qui est bien fondé, qui est appuyé sur de bons principes.
    • Cette raison-là est bien plus forte que l’autre.
    • C’est un des plus forts arguments pour prouver l’immortalité de l’âme.
    • Une forte objection.
  17. Par comparaison du plus au moins,
    • À plus forte raison, avec d’autant plus de raison.
    • Un nombre plus fort qu’un autre.
    • Si l’on a des devoirs envers l’humanité, à plus forte raison en a-t-on envers sa patrie.
  18. Il se dit également des expressions, du style, etc., lorsqu’ils joignent l’énergie à la justesse et qu’ils sont capables de frapper, d’entraîner.
    • Une expression forte.
    • Un style fort et concis.
    • L’épithète est un peu forte.
  19. Raisonneur, indiscipliné ou obstiné.
    • Cet officier avait dans sa compagnie quelques fortes têtes, qu’il a fallu mettre à la raison.
    • Un esprit fort, personne qui se pique de ne pas croire les dogmes de la religion et, en général, de quiconque veut se mettre au-dessus des opinions et des maximes reçues.
    • Il fait l’esprit fort.
    • Les prétendus esprits forts.
    • Il n’est pas fort, se dit de quelqu’un qui manque d’intelligence, d’esprit avisé, de malice.
    • Il est fort pour parler, pour pérorer, se dit dans un sens péjoratif ou ironique de celui qui sait beaucoup moins agir que parler.
  20. (Grammaire) Se construit souvent avec la préposition « en » ou « de » suivie d’un nom qui indique le genre de force, la cause, la qualité, les ressources, etc., qui rendent fort.
    • Fort des très nombreuses observations que j'ai recueillies (80 à l'heure actuelle), je récuse absolument la syphilis comme facteur de mongolisme. — (Bulletin de la Société de pédiatrie de Paris, vol. 19-20, Paris, 1921, p. 194)
    • […], ou encore Gérard Bourgoin, le très médiatique industriel du poulet, qui, fort de ses huit mille heures de vol, prend régulièrement les commandes des deux Falcon 10 de son groupe, basés dans son fief de Chailley, dans l'Yonne. — (Aymeric Mantoux, Voyage au pays des ultra-riches, éd. Flammarion, 2010)
    • Être fort des reins.
    • Cette armée est forte en infanterie.
    • Les ennemis sont plus forts en nombre.
    • Une armée forte de cent mille hommes.
    • Être fort en raisons.
    • Ils étaient forts de nos divisions.
    • Être fort de la protection de quelqu’un.
    • Être fort en gueule, Parler haut, parler fort, avoir le propos rude et prompt.
    • Forts de leurs longues expériences, les anciens inspirent humilité et respect.

Antonymes

modifier

Dérivés

modifier

Proverbes et phrases toutes faites

modifier

Traductions

modifier

Adverbe

modifier
Invariable
fort
\fɔʁ\

fort \fɔʁ\

  1. D’une manière forte et vigoureuse.
    • Il poussa la porte si fort que le fer à cheval suspendu au linteau de chêne tinta faiblement. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Frappez fort.
    • Heurtez plus fort.
    • Poussez fort.
    • Il nie fort et ferme.
    • De plus fort en plus fort, avec une force croissante.
    • Il crie de plus en plus fort.
    • Frappez de plus fort en plus fort.
  2. Beaucoup. — Note d’usage : Quand on le met devant un adjectif ou devant un adverbe, il marque le superlatif.
    • La nuit vint. Il observa avec une joie qui lui enleva un poids immense de dessus la poitrine, qu’elle serait fort obscure. — (Stendhal, Le rouge et le noir, 1830, réédition Gallimard, 2020, page 106)
    • […] ; Jaurès, […], admire fort un mouvement qui ne serait pas compromis par des violences qui auraient affligé l’humanité ; […]. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, chapitre V, La grève générale politique, 1908, page 213)
    • Il vente très fort, des goélands passent, emportés par la tempête, et essaient vainement de remonter le vent. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Je sais fort bien qui est Mr Kipling, bien que vous ayez cru bon dans votre "Étude en rouge" de me faire paeser pour un béotien en décrivant ma culture littéraire comme nulle ! — (Philippe Chanoinat (scénario) & Frédéric Marniquet (dessin), Les Archives secrètes de Sherlock Holmes, volume 3 : Les adorateurs de Kâli, éditions Glénat BD, 2017, page 23)
    • Il pleut fort.
    • Elle lui plaît fort. — Cette entreprise lui tient fort au cœur. — J’ai cela fort à cœur.
    • Il en a été fort surpris. — Cet ouvrage est fort estimé des savants. — Il est fort au-dessus de l’ordinaire.

Dérivés

modifier

Traductions

modifier

Nom commun

modifier
Singulier Pluriel
fort forts
\fɔʁ\
 
Le Fort de St. Angelo. (1)

fort \fɔʁ\ masculin

  1. Bâtiment militaire conçu pour la guerre défensive. Ouvrage de terre ou de maçonnerie ou revêtu de métal, destiné à résister aux attaques de l’ennemi.
    • A partir du 16 septembre, le fort de la Pompelle, un des forts de la ceinture de Reims édifié dans le cadre de la deuxième ligne de fortifications de Séré de Rivières, est désigné comme cible aux soldats français qui le prennent d'assaut le 23 septembre au prix d'innombrables vies. — (Fabienne Tisserand et Frédéric Hermann, Voyage au pays du souvenir: 1914-1918, Renaissance du Livre, 2003, page 158)
  2. (Chasse) Repaire, de la retraite de certains animaux qui se réfugient toujours dans l’endroit le plus épais du bois.
    • Le sanglier est dans son fort.
    • Relancer une bête dans son fort.
  3. (Familier) Genre de mérite ou de savoir, de la qualité qui distingue une personne, qui la place au-dessus des autres.
    • L’histoire est son fort.
    • C’est le prendre par son fort que de le mettre sur la géométrie.
    • Connaître le fort et le faible d’une affaire.
    • — Et d’où peuvent-ils venir ces dangers ? Il est assez difficile de les prévoir quand on ne connaît pas le fort et le faible de cette situation, ce qui est précisément mon cas. — (Hector Malot, Un mariage sous le Second Empire, 1873)
    • Son fort était d’imiter la voix et les manière des gens. — (Julien Green, Samuel Johnson, dans Suite anglaise, 1972, Le Livre de Poche, page 8)
    • Au cours d’un meeting décidé en urgence et qui se tint place Saint-Germain-des-Prés, à Paris, j’eus la surprise de voir arriver Pierre Vidal-Naquet, dont l’amour de Sion n’était pas le fort. Mais il éprouvait comme nous tous qu’Israël courait un péril majeur et il ne le tolérait pas. — (Claude Lanzmann, Le Lièvre de Patagonie, Gallimard, 2009, chapitre XVII)
  4. Temps où une chose est dans son plus haut point, dans son plus haut degré.
    • Au fort de la tempête.
    • Il est dans le fort de sa maladie.
    • Un homme dans le fort de sa passion.
    • Il s’élança courageusement au fort de la mêlée.
    • Garder son sang-froid au fort du danger.
  5. Endroit le plus fort d’une chose.
    • Le fort d’une voûte, d’une épée
    • Zadig sut parer le coup, en opposant ce qu’on appelle le fort de l’épée au faible de son adversaire, de façon que l’épée d’Itobad se rompit. — (Voltaire, Zadig ou la Destinée, XIX. Les énigmes, 1748)
  6. Endroit le plus épais et le plus touffu d’un bois.
    • S’enfoncer dans le fort du bois.
  7. (Soutenu) Celui qui a la force ou la puissance, qui représente ou symbolise la force.
    • Aussi n’est-il pas rare de voir une bicoque résister pendant des mois à une armée nombreuse. De là, souvent, cette audace et cette insolence du faible contre le fort et le puissant, cette habitude de la résistance individuelle qui faisait le fond du caractère de la féodalité, […]. — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • Le fort portant le faible, toutes choses étant compensées, ce qui manque d’un côté étant suppléé de l’autre.
  8. (En particulier) (Vieilli) Portefaix qui était chargé, à Paris, de la manutention de marchandises.
    • Là-bas, sur l’autre berge, les forts du port Saint-Nicolas déchargent des cargaisons de cornes de bœuf, [...]. — (Anatole France, Le Crime de Sylvestre Bonnard, Calmann Lévy, Paris, 1881, page 193)
    • C’était un fort de la Halle ; il était d’une taille herculéenne, large d’épaules comme l’Atlas. — (Mémoires de Monsieur Claude, chef de la police de sûreté sous le second empire, tome II, Jules Rouff et Cie, Paris, 1884, page 1386)
    • […], il avait chaussé de gros souliers à clous et il s'était coiffé d'un chapeau à larges bords comme les forts de la halle. — (Fortuné du Boisgobey, Double-Blanc, tome 2, Paris : chez Plon & Nourrit, 1889, p. 113)
  9. (Québec) Eau-de-vie.
    • « La chair est faible et le fort est cher » (Plume Latraverse). Faut-il préciser, ici, que « fort », en québécois, signifie « boisson à haute teneur en alcool » ? — (Jean-Paul Desbiens, Journal d’un homme farouche, Boréal, 1993, page 262)
    • Là tout le monde va s’mettre
      Tout le monde va s’mettre à parler
      BMW, CLSC, TP4, IBM
      TPS, PME, PDG, IGA
      OCQ, OLP
      Pis moi sur mon bord
      M’as tomber dans l’fort.
      — (Richard Desjardins, chanson Le bon gars, album Tu m’aimes-tu?, 1990)
Lorsqu’il s'agit d'un individu, on rencontre parfois le féminin forte.
  • La joueuse numéro 10 est la forte de l'équipe.

Synonymes

modifier

Dérivés

modifier

Traductions

modifier

Prononciation

modifier


Homophones

modifier

Anagrammes

modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Voir aussi

modifier

Références

modifier

Étymologie

modifier
Apparenté à für ; à forth en anglais, voort en néerlandais.

Adverbe

modifier

fort \fɔɐ̯t\

  1. Continuellement.
  2. En avançant, en s'éloignant.

Dérivés

modifier

Étymologie

modifier
Du latin fortis.

Adjectif

modifier

fort \Prononciation ?\ masculin ou masculin et féminin identiques

  1. Fort.

Dérivés dans d’autres langues

modifier

Anagrammes

modifier

Références

modifier

Étymologie

modifier
Du latin fortis.

Adjectif

modifier

fort masculin

  1. Fort.

Dérivés

modifier

Adverbe

modifier

fort

  1. Fort.

Références

modifier
  • François Raynouard, Lexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l’Europe latine, 1838–1844 → consulter cet ouvrage

Étymologie

modifier
Du moyen français fort.

Nom commun

modifier
Singulier Pluriel
fort
\fɔɹt\
forts
\fɔɹts\

fort \fɔːt\ (Royaume-Uni) ou \fɔɹt\ (États-Unis)

  1. Fort (bâtiment militaire).

Dérivés

modifier

Prononciation

modifier


Paronymes

modifier

Étymologie

modifier
Du latin fortis de même sens.

Adjectif

modifier
Nombre Singulier Pluriel
Masculin fort
[ˈfɔɾt]
forts
[ˈfɔɾts]
Féminin forta
[ˈfɔɾtə]
fortes
[ˈfɔɾtəs]

fort [ˈfɔɾt]

  1. Fort, puissant.
    • Com evident experiència mostra, la debilitat de la nostra memòria, sotsmetent fàcilment a oblivió no solament los actes per longitud de temps envellits, mas encara los actes frescs de nostres dies, és estat doncs molt condecent, útil e expedient deduir en escrit les gestes e històries antigues dels homens forts e virtuosos, com sien espills molt clars, exemples e virtuosa doctrina de nostra vida, segons recita aquell gran orador Tul·li — (Joanot Martorell, Tirant lo blanc, prologue)
      La traduction en français de l’exemple manque. (Ajouter)

Synonymes

modifier

Prononciation

modifier

Étymologie

modifier
Du moyen français fort.

Nom commun

modifier

fort \Prononciation ?\

  1. (Militaire) Fort.

Nom commun

modifier
Neutre Indéfini Défini
Singulier fort fortet
Pluriel fort forten

fort \fɔʈ\ ou \fɔrt\

  1. (Militaire) Fort.

Adverbe

modifier
Positif fort
Comparatif fortare
Superlatif fortast

fort \fʊʈ\ ou \fʊrt\

  1. Rapidement.

Prononciation

modifier