Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Noms 1 et 2) Du latin vulgaire fulgere, lui-même issu du latin classique fulgur, « éclair ». Fuildre en ancien français au XIe siècle.
(Nom 3) De l’allemand Fuder (« tonneau »).

Nom commun 1 Modifier

Singulier Pluriel
foudre foudres
\fudʁ\
 
La foudre sur la Tour Eiffel, 1902.

foudre \fudʁ\ féminin

  1. (Météorologie) Décharge électrique, par temps d’orage, entre des nuages et certaines fois entre des nuages et le sol, qui produit une vive lumière et une violente détonation. On dit, comme sur la photo, que la foudre est tombée quand elle a touché le sol ou quelque chose en relief sur le sol, arbre, construction, etc., a été touché.
  2. (Par hyperbole) Ce qui est aussi prompt, aussi rapide, aussi destructeur que la foudre.
    • Elle ne devint catastrophe que dans sa troisième phase, quand soudain, au milieu d’un ciel serein, la foudre du krach bancaire de New-York frappa l’édifice orgueilleux de la prospérité du capital américain. — (Carl Steuermann, La Crise mondiale (traduit de l’allemand), Gallimard, 1932, page 65)
  3. (Religion) (Souvent au pluriel) Réprobation religieuse ; condamnation religieuse.
    • Le curé de Melotte […] n’était plus craint. Ses foudres de carton, ses tonnerres lointains, l’évocation des bûchers infernaux, la promesse des félicités paradisiaques dans un éden, somme toute, passablement morne et fort problématique, ne faisaient plus guère frémir que quelques vieilles dévotes et les gosses de neuf à onze ans […] — (Louis Pergaud, Le Sermon difficile, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
  4. (Au pluriel) (Figuré) Colère.
  5. Ornement en forme de zigzag, représentant la foudre, utilisé comme insigne de certains rangs (officiers brevetés d’état-major, en France) ou services militaires (les communications, fréquemment).
  6. (Désuet) (Poétique) masculin
    • L’haleine enflammée de cent mille combattants, le souffle épais des chevaux, la vapeur des sueurs, et du sang, forment sur le champ de bataille, une espèce de météore que traverse de temps en temps la lueur d’un glaive, comme le trait brillant du foudre dans la livide clarté d’un orage. — (François-René de Chateaubriand, Les Martyrs, 1809)
    • Que le courroux du ciel, allumé par mes voeux,
      Fasse pleuvoir sur elle un déluge de feux !
      Puissé-je de mes yeux y voir tomber ce foudre, […]
      — (Pierre Corneille, Horace, 1640, acte IV, scène V)

SynonymesModifier

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

Nom commun 2Modifier

Singulier Pluriel
foudre foudres
\fudʁ\

foudre \fudʁ\ masculin

  1. (Ironique) Celui qui frappe vite, fort et bien.
  2. Représentation allégorique de la foudre que les artistes donnent ordinairement pour attribut à Jupiter, et que les héraldistes emploient fréquemment.
    • Le foudre de Zeus.
  3. (Héraldique) Meuble représentant l’attribut mythologique de Jupiter dans les armoiries. À rapprocher de foudre ailé. Plusieurs représentations sont possibles dans les armoiries :
    1. traditionnellement, il est représenté en forme de faisceau, avec des flammes montantes et descendantes et quatre dards vivrés (sinuosités angulaires) en sautoir
    2. en héraldique napoléonienne, il est représenté en fasce et tenu dans les serres d’une aigle impériale ; les flammes du faisceau s’enroulant en cône.
      • D’azur à l’aigle impériale française d’or, tenant dans ses serres un foudre de gueules aux éclairs de sable, qui est de la commune de Marchais-en-Brie de l’Aisne → voir illustration « armoiries avec un foudre napoléonnien »
    3. de façon plus moderne, il est représenté par un disque (ou anneau) duquel rayonnent un certain nombre de dards vivrés.
      • Coupé ondé de gueules à l'alérion d’argent, et d’azur au foudre d’or, qui est de la commune de Grosbliederstroff de la Moselle → voir illustration « armoiries avec un foudre moderne »
    4. il est parfois représenté par deux simples dards vivrés avec une pointe à chaque extrémités et passé en sautoir.
      • Écartelé, au 1 d’azur au foudre d’or, au 2, d’argent à la croix du temple de gueules, au 3, d’argent à la chaîne brisée de gueules posée en bande, au 4, d’azur à la fleur de lys d’or, qui est de la commune de Youx du Puy-de-Dôme → voir illustration « armoiries avec un foudre en sautoir »

NotesModifier

Le foudre de Zeus est parfois confondu avec la foudre :
— Que voudriez-vous qu’il fasse ? Qu’il vous jette sa foudre ?
— Vous confondez avec Zeus, monsieur.
— (Amélie Nothomb, Cosmétique de l’ennemi, Albin Michel, Paris, 2001, p. 30)

DérivésModifier

TraductionsModifier

Nom commun 3Modifier

Singulier Pluriel
foudre foudres
\fudʁ\

foudre \fudʁ\ masculin

  1. Grand tonneau, récipient d’une très vaste capacité (plusieurs hectolitres), qui a la contenance de plusieurs barriques de vin ou de quelque autre liquide.
    • Dans les foudres, rangés sur deux lignes parallèles, mûrissaient le chaud bourgogne, le doux bordeaux, le champagne pétillant, le gai malvoisie, le marsala babillard, l’ardent xérès, le généreux tokai et le tendre johannisberg […] — (Charles Deulin, Cambrinus, XIXe siècle)
    • Il venait, avec Maddalena, de traverser le vaste chai où une petite voie ferrée allongeait ses rails, sur le sol cimenté. D'énormes foudres, hauts de trois mètres, alignaient leurs cerceaux ovales, d'un bout à l'autre de la galerie. — (Victor Margueritte, Un cœur farouche, Paris : Ernest Flammarion, 1921 p. 169)
    • Ce ne sont point des herses ou de rouleaux qu’on voit à la porte des demeures, mais des appareils à sulfater, des fouloirs, des foudres, des pompes, des alambics. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • J'irai vous tirer du vin dans le cellier, dit l'hôte, il sera plus frais, il provient d'un foudre que je nourris depuis plus de six ans. — (Jean Ray, Harry Dickson, On a volé un homme !, 1932)

DérivésModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier

Voir aussiModifier

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

(ca. 1100) fuildre. La graphie foudre est attesté depuis au moins le XIIIe siècle[1]. Voir ci-dessus.

Nom commun Modifier

foudre \Prononciation ?\ masculin ou féminin (l’usage hésite)

  1. Foudre (décharge électrique).

VariantesModifier

Dérivés dans d’autres languesModifier

RéférencesModifier

  1. Le Livre de Sibille, f. 169v. b., 8e ligne. Manuscrit du XIIIe siècle (selon Gallica et ARLIMA).