Voir aussi : fourre

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du participe passé de fourrer.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin fourré
\fu.ʁe\

fourrés
\fu.ʁe\
Féminin fourrée
\fu.ʁe\
fourrées
\fu.ʁe\

fourré \fu.ʁe\ masculin

  1. Vêtu de fourrure.
    • Je reconnus derrière la glace Mme Trépof que deux chevaux noirs et un cocher fourré comme un boyard menaient grand train. — (Anatole France, Le crime de Sylvestre Bonnard, Calmann-Lévy ; éditions Le Livre de Poche, 1967, page 68.)
  2. Garni de fourrure.
    • Des gants fourrés.
    • Il avait des habits de gentilhomme sous un long godebert qui est une mante fourrée de dos de lièvre de Norvège. — (Victor Hugo, L’Homme qui rit, 1869, édition 1907)
  3. (Par extension) Garni intérieurement.
    • Un magret fourré au foie gras.
  4. (Escrime) Se dit d’un coup porté et reçu en même temps que l’adversaire.
  5. (Par extension) (Familier) Perfide.
    • Il avait mis un moment avant de répondre, craignant le coup fourré. — (M. Alexis. M, Porte-feu, 1996)
  6. Dont l'intérieur est de qualité inférieure. (Par extension) Faux.
    • Médaille, pièce de monnaie fourrée, médaille, pièce de monnaie dont le dessus est d’or ou d’argent, et le dedans d’un métal inférieur.
    • Botte de paille, botte de foin fourrée, botte dans laquelle, parmi de bonne paille ou de bon foin, on a mêlé de la paille ou du foin de moindre qualité.
    • (Figuré) (Familier) Paix fourrée, fausse paix, faite de mauvaise foi par les deux parties, chacune ayant intention de la rompre, lorsqu’elle le croira utile à ses intérêts.
  7. Relatif aux fourrés.
    • Pays fourré, pays rempli de bois, de haies, etc.
    • L’armée se trouvait dans un pays fourré.
    • Bois fourré, bois qui est fort garni de broussailles et d’épines.

DérivésModifier

TraductionsModifier

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
fourré fourrés
\fu.ʁe\
 
Fourrés épineux à Madagascar

fourré \fu.ʁe\ masculin

  1. Endroit d’un bois, d’une forêt, etc., où il y a un assemblage épais d’arbrisseaux, d’arbustes, de broussailles. — Note : On dit : le fourré d’un bois, ou, absolument, le fourré.
  2. (En particulier) (Sylviculture) Peuplement constitué de jeunes tiges de hauteur comprise entre 1 m et 3 m.
    • [P]euplement mité par la tempête et composé de 6−7 m²/ha de GB surmontant une régénération suffisante (semis, fourré, gaulis et/ou perches). L’ensemble du peuplement adulte peut être récolté en un seul passage. — (Thierry Sardin, Massif Vosgien : sapin, épicéa et pin sylvestre, Office national des forêts, 2012, ISBN 978-2-84207-356-5)

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe fourrer
Participe Présent
Passé (masculin singulier)
fourré

fourré \fu.ʁe\

  1. Participe passé masculin singulier de fourrer.

PrononciationModifier

RéférencesModifier