FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De fourrage.

Forme d’adjectif Modifier

fourragère \fu.ʁa.ʒɛʁ\

  1. Féminin singulier de fourrager.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
fourragère fourragères
\fu.ʁa.ʒɛʁ\

fourragère \fu.ʁa.ʒɛʁ\ féminin

  1. (Agriculture) Pièce de terre la plus proche de la ferme, et que l'on réservait autrefois à la culture du fourrage vert.
  2. (Militaire) Chariot destiné d’abord spécialement au transport des fourrages pour la cavalerie, mais subsidiairement à des transports divers, nécessités par le service de l’artillerie ou du train des équipages.
    • Saïd conduisait le plus souvent l’araba. Quand on lui confiait une fourragère, j’aimais à m’asseoir à côté de lui. — (Édouard Bled, « Mes écoles », Robert Laffont, 1977, page 239.)
    • Le troisième jour, des fourragères déversèrent au milieu de la cour des chaussures, des pantalons, des vareuses, des capotes, des ceinturons, des bidons, des bandes molletières — (Édouard Bled, « Mes écoles », Robert Laffont, 1977, page 301.)
  3. (Militaire) Sorte d’insigne, formé d’un pendentif de tresse en forme de corde à fourrage, agrafé à l’épaule, entourant le bras et se terminant par des aiguillettes de métal. Cet insigne est accordé, comme décoration collective, à une unité de l’armée de terre ou de l’armée de mer.
    • La fourragère est rouge, verte et jaune, rouge et verte, selon qu’elle correspond à la décoration de la Légion d’honneur, de la Médaille militaire ou de la Croix de guerre.
    • Il a gardé le béret, l’uniforme bleu marine, la fourragère rouge des chasseurs à pied, son corps d’origine. — (Roger Vercel, Capitaine Conan, Albin Michel, 1934, collection Le Livre de Poche, page 19.)

Voir aussiModifier

RéférencesModifier