foutre en l’air

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Siècle à préciser) De foutre et en l’air.

Locution verbale Modifier

foutre en l’air \fu.tʁ‿ɑ̃ l‿ɛʁ\ transitif ou intransitif (se conjugue → voir la conjugaison de foutre)

  1. (Figuré) (Vulgaire) Détruire, anéantir, éradiquer.
    • « Ce qu'on fait ici, on le fera en France. Ton Duclos et ton Mitterrand, on leur fera ce qu'on te fait, et ta putain de République, on la foutra en l'air aussi ! Tu vas parler, je te dis. » — (Henri Alleg, La Question, 1957)
    • Et ils n’ont toujours pas compris qu’on ne saurait faire céder un ministre avec du blablabla, qu’on ne saurait changer la vie sans changer celle des cons aussi, et qu’on ne saurait vivre ses désirs sans foutre en l’air ce qui les entrave ! — (Robert Dehoux, Le zizi sous clôture inaugure la culture, 1999)
  2. (Figuré) (Vulgaire) Gâcher, rater, manquer ce que l’on fait.
    • Finie la thune foutue en l’air
      Pour du tchernobyl
      — (Stupeflip, Je fume pu d’shit sur l’album Stupeflip, 2003.)
    • Oh non ! T’as tout foutu en l’air
  3. (Pronominal) (Figuré) (Vulgaire) Se ratatiner, avoir un accident.
    • Il s’est foutu en l’air sur sa mob.
  4. (Pronominal) (Figuré) Se suicider.
    • Lola Dewaere: « Patrick Dewaere s’est foutu en l’air parce qu’on l’a violé quand il était gamin… » — (Alf Red, « Patrick Dewaere s’est foutu en l’air parce qu’on l’a violé quand il était gamin… », 16 juillet 2017 → lire en ligne)

TraductionsModifier

PrononciationModifier