Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Déverbal de frayer (« féconder » ou « frotter »).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
frai frais
\fʁɛ\

frai \fʁɛ\ masculin

  1. (Pisciculture) Action de frayer.
    • Les champs d'algues et les zones intertidales contribuent à la qualité de l'eau, facilitent la décomposition des matières organiques et constituent des sites de frai et d’alevinage. — (« Examen des pêcheries dans les pays de l'OCDE : Politiques et statistiques de base », OCDE, 2003, chap. III-20 (Japon))
    • À l’époque du frai, les brochets mâles se bagarrent souvent entre eux pour obtenir les faveurs d’une grosse femelle. — (Yves Grégoire, Sélection naturelle, Le Chasseur français, mai 2017)
    • Sandres et perches visent plutôt les alevins de l’année, des juvéniles qui s’emplissent à bon compte la panse d’œufs lors du frai de leurs aînés. — (Yves Grégoire, Ce qui change avec l’arrivée du printemps, Le Chasseur français, mai 2017)
  2. Fraie, période du frai (1), de reproduction des poissons.
    • Si la pêche du sandre est théoriquement possible toute l'année, les deux meilleures périodes semblent être la fin du printemps, juste après le frai, puis l'automne. — (Pascal Durantel, Pêche, l'encyclopédie, page 230, Éditions Artemis, 2003)
  3. (Par analogie) Période de reproduction des amphibiens.
    • À l'époque du frai, il pousse spontanément un petit cri peu harmonieux, qui participe de l'aboiement du roquet et du pépiement du poussin. (Jean Rostand, La vie des crapauds, 1933)
  4. Œufs de poisson mêlés avec ce qui les rend féconds.
    • Au commencement du printemps, le poisson quitte le Rhône pour les marais, afin d'y déposer son frai; on le pêche alors dans les roubines, […]. — (M. de Rivière, « Mémoire sur la Camargue », dans les Annales de l'agriculture française, 2e série, tome 34, Paris : chez Madame Huzard, avril 1826, p. 84)
    • Les géniteurs déposent leur frai sur les tiges de roseaux ou les branches immergées, le tout dans à peine quelques centimètres d’eau. — (Yves Grégoire, Ce qui change avec l’arrivée du printemps, Le Chasseur français, mai 2017)
  5. (Par analogie) Œufs des batraciens.
    • Du frai de grenouilles, de crapauds, de salamandres.
  6. (Par extension) Petits poissons dont on peuple les étangs.
  7. Usure subie par les pièces de monnaie à force de circuler.
  8. Prélèvement frauduleux de métal sur une pièce d’or ou d’argent.

SynonymesModifier

PrononciationModifier

HomophonesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

RéférencesModifier

Voir aussiModifier

  • frai sur Wikipédia  

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

Déverbal de fraier.

Nom commun Modifier

frai \Prononciation ?\ masculin

  1. Cassage, action de briser.

VariantesModifier

RéférencesModifier

Ancien occitanModifier

Nom commun Modifier

frai masculin

  1. Variante de fraire.

AnagrammesModifier

RéférencesModifier

  • François RaynouardLexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l’Europe latine, 1838–1844

BretonModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.
frai m. -ed (Argot de Pont-l’Abbé) [1].

Nom commun Modifier

frai \ˈfraj\ masculin (pluriel : fraied)

  1. (Argot) (Familier) Ami, frangin, frère, poteau (à Pont-l’Abbé).
    • — N’out ket bet morse e Lok-Tudi, frai ? Neuze, n’anavezez netra. — (Youenn Drezen, Skol-louarn Veig Trebern III, Éditions Al Liamm, 1974, p. 15)
      — Tu n’es jamais allé à Loctudy, frangin ? Alors, tu ne connais rien.

RéférencesModifier