Voir aussi : frîngant

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(adjectif) (Avant 1480)[1] Du participe présent du moyen français fringuer (« gambader, danser la fringue »)[1]. Ce dernier est soit issu du vieux-francique *hringila[2] ou bien d’une origine expressive[2].
(Nom commun) (1864)[3] Substantivation de l’adjectif[1].

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin fringant
\fʁɛ̃.ɡɑ̃\

fringants
\fʁɛ̃.ɡɑ̃\
Féminin fringante
\fʁɛ̃.ɡɑ̃t\
fringantes
\fʁɛ̃.ɡɑ̃t\

fringant \fʁɛ̃.ɡɑ̃\

  1. (Hippologie) Alerte, éveillé, d’allure vive et élégante, en parlant d’un cheval.
    • Durant ces quelques minutes de préparation, le maquignon a le soin d’énumérer toutes ses qualités : son ardeur, si l’on veut une bête fringante ; sa docilité, si l’on désire un cheval de dame ou de famille. — (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
    • Le Prince les inspecta, comme s’il eût passé une revue, à cheval sur un fringant coursier. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 262 de l’édition de 1921)
  2. (Par extension) Pétulant, vif, à la présentation avantageuse.
    • Par compensation, un beau surnuméraire, jeune de ses fringants dix-neuf ans, apparaît à une dévote dans le simple appareil d’un homme qui se barbifie. — (Honoré de Balzac, Petites misères de la vie conjugale)
    • Il comprendra tout de suite que vous n’hésitiez pas entre un Parisien fringant et Eugène Duthoit ! — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, collection Le Livre de Poche, page 360.)

DérivésModifier

TraductionsModifier

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
fringant fringants
\fʁɛ̃.ɡɑ̃\

fringant \fʁɛ̃.ɡɑ̃\ masculin, (pour une femme, on dit : fringante)

  1. Quelqu’un qui se donne toute liberté.
    • Ainsi, de longues épées, des éperons sonnants, des moustaches aux ambitieux crochets, des bottes et des gants de daim ou de buffle ; le tout bien doré, bien pommadé ou bien enrubanné, pour paraistre, comme on disait alors, voilà la tenue d’instinct adoptée par le plus grand nombre. Les plus discrets se reconnaissaient aux couleurs sombres ; les plus avares, aux draps solides ; les fringants, aux dentelles et aux satins roses ou blancs. — (Alexandre Dumas, Les Quarante-Cinq, Calmann-Lévy, 1888, page 298)

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

HomophonesModifier

RéférencesModifier

SourcesModifier

  1. a b et c Le Grand Robert de la langue française, Le Robert, 2005-2008 (version de démonstration)
  2. a et b Jaqueline Picoche, Dictionnaire étymologique du français, Le Robert, 1992, pages 226-227
  3. « fringant », dans TLFi, Le Trésor de la langue française informatisé, 1971–1994 → consulter cet ouvrage

BibliographieModifier

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

De fringuer (« rincer (des verres) »).

Adjectif Modifier

Nombre Cas Masculin Féminin Neutre
Singulier Sujet fringanz fringant fringant
Régime fringant
Pluriel Sujet fringant fringanz
Régime fringanz

fringant \frĩn.ɡãnt\

  1. Brillant.

RéférencesModifier

OccitanModifier

ÉtymologieModifier

Dérivé de fringar. Du gaulois *sring- qui a évolué en *fring-. Le mot se retrouve dans les langues germaniques, par exemple dans l’anglais spring « sauter ».

Nom commun Modifier

fringant \Prononciation ?\ (graphie normalisée) masculin

  1. (Limousin) Personne qui aime à sauter, danser, gambader.

SynonymesModifier

RéférencesModifier