FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(verbe 1) Dénominal de fringues et de l’ancien français fringuer.
(verbe 2) Du grec ancien αφριγαω, afrigao (« je saute ») [1]

Verbe 1 Modifier

fringuer \fʁɛ̃.ɡe\ 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se fringuer)

  1. (Transitif) (Familier) Habiller, saper.
    • Elle est toujours bien fringuée et pourtant, elle ne roule pas sur l’or.
    • Quand tout est vert
      C'est comme l'espoir qui va tout nu
      On l'a fringué comme on a pu
      — (extrait de la chanson de Léo Ferré, Mon p'tit voyou, 1954)
    • Correctement fringués, sans plus, ils donnaient l’impression d’être deux employés de bureau. — (Jo Barnais, Mort aux ténors, chapitre IV, Série noire, Gallimard, 1956, page 30)
  2. (Pronominal) (Familier) S’habiller comme pour aller fringuer (danser).
    • Je ne sais pas où elle se fringue mais elle doit avoir les moyens !

Verbe 2Modifier

fringuer \fʁɛ̃.ɡe\ 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Intransitif) (Vieilli) Sautiller, danser en parlant spécialement des chevaux.[1]
    • On m’a vu fringuer sur toutes les lignes de départ. J’étais encore un jeune poulain. — (Henri Calet, Acteur et témoin, Mercure de France, 1959, page 73)
  2. (Désuet) Rincer en y jetant de l'eau.

PrononciationModifier

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

Dénominal de fringue.

Verbe Modifier

fringuer \Prononciation ?\ transitif (voir la conjugaison)

  1. Sauter, gambader.
  2. Caresser une femme.
  3. Rincer.

DérivésModifier

RéférencesModifier