FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De gêne. Le mot appartient au français régional avec lequel il est tombé en désuétude. Il réapparait au XXIe siècle sous la forme génance.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
gênance gênances
\ʒɛ.nɑ̃s\

gênance \ʒɛ.nɑ̃s\ féminin

  1. État de gêne physique ou morale ; contrainte ; sensation de constriction ou d'oppression.
    • Des paroles comme ça, ça fait frémir le pire galopiau, d'autant que c'était pas mon propos même si la gênance du côté de l'âme s'était guère atténuée devant sa mélancolie. — (A. D. G., Berry story, éditions Gallimard, 1973, p 24)
    • Soudain, la porte s'ouvre derrière moi, laissant apparaître Jordan vêtu d'une petite serviette de bain. Tim et Sonny ouvrent des yeux gros comme des billes.
      OK, véritable moment de « gênance » extrême. — (Mag Maury, My Hipster Christmas, éditions Addictives , 2018)

VariantesModifier

TraductionsModifier

RéférencesModifier

  • C. Royer de Montesson, Vocabulaire du Haut-Maine, Le Mans : chez Dehallais, Dutemple et Cie & Paris : chez J.-B. Dumoulin, 1859, p. 248
  • Adolphe Orain, Glossaire patois du département d'Ille-et-Vilaine: Suivi de chansons populaires avec musique, éditions Maisonneuve Frères et C. Leclerc, 1886, p. 45
  • A.J. Verrier, Glossaire étymologique et historique des patois et des parlers de l'Anjou, éditions Germain et Grassin, 1908, p. 430