FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Anatomie) De l’italien ganascia (« mâchoire »).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
ganache ganaches
\ɡa.naʃ\
 
Morceaux de ganache. (Sens n°4)

ganache \ɡa.naʃ\ féminin

  1. (Anatomie) La partie inférieure et postérieure de la mâchoire inférieure des quadrupèdes.
  2. (Figuré) (Familier) Visage.
    • Comme chaque fois que je nippais en milord, costume en cashmere, les pieds campés dans des Richelieu, j'avais une pensée pour le beau-père de mon ami P., un voyou de la vieille école, que je n'avais vu que trois fois dans ma vie, mais dont la ganache m'avait imposé le respect pour toujours. — (Jean Gab’1, Sur la tombe de ma mère, éd. Don Quichotte, 2013)
    • « Scientifique », « scientifique », est-ce que j'ai la ganache d'Albert Einstein ? Hein ? Vous faites chier, à pénave comme des branques tout l’temps ! — (Johann Zarca, Braquo sauce samouraï, Paris : Fleuve noir, 2019, chap. 15)
  3. (Figuré) (Familier) Personne sans intelligence et sans énergie.
    • Mais vous avez eu assez de jugement pour être d’une tristesse morne quand elle a, en quelque sorte, dit à son digne père : ─ Vous êtes une ganache. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Est-il tombé dans le panneau ! (...) Absurde crétin ! (...) Et comme il donnait dans mes platitudes ! Ça m'amusait. Je me disais : Ganache ! Va, je te tiens. Je te lèche les pattes ce matin ! Je te rongerai le cœur ce soir ! — (Victor Hugo, Les Misérables [III,8,xx], 1862)
    • Mais la plus forte tête du salon jaune était à coup sûr le commandant Sicardot, le beau-père d’Aristide. Taillé en Hercule, le visage rouge brique, couturé et planté de bouquets de poil gris, il comptait parmi les plus glorieuses ganaches de la grande armée. — (Émile Zola, La Fortune des Rougon, G. Charpentier, Paris, 1871, ch. III ; réédition 1879, p. 93)
    • Il y avait vraiment une malédiction du Ciel sur les ganaches de sacristie qui n’appréhendaient pas de manier une plume. Leur encre se muait aussitôt en une pâte, en un galipot, en une poix qui engluaient tout. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
  4. (Pâtisserie) Garniture à base de chocolat et de crème fraîche.
    • La légende raconte qu’en 1850, un apprenti pâtissier renversa malencontreusement un pot de crème de lait dans une bassine de chocolat fondu. Pour dissimuler sa maladresse, il mélangea le tout, mais son patron avait l’œil vif, il s’aperçut rapidement de la supercherie et, après avoir qualifié son apprenti de ganache, goûta, curieux, le mélange. Il fut conquis et appela malicieusement cette découverte : ganache. — ([1])
  5. (Au théâtre) Vieillard stupide et crédule.
    • L’Héritier est en train de se faire un nom : il tâtonne et cherche à se caser ; je crois qu’il ne fera pas mal de se jeter dans les ganaches prématurées. — (Adolphe Poujol, Théâtres, acteurs et actrices de Paris, 1842, p. 88)
  6. Fauteuil capitonné (1837)
  7. (Médecine vétérinaire) Cachexie dont un des symptômes est un gonflement sous la mandibule.
  8. (Lyonnais) Boisson faite avec de l'arquebuse et de l'eau de noix.
    • À Paris, pas à Lyon, sans ça nous l'aurons invité à boire une ganache au bar d'à côté ; nous lui aurions parlé des canailleries commises par lui après le 18 mars. — (L'avenir de Lyon, n° 120 du 18 novembre 1884)

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier