gardénia

Voir aussi : Gardenia, gardenia

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1777) De l’anglais gardenia attesté en 1760, plante dédiée au botaniste écossais Alexander Garden.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
gardénia gardénias
\ɡaʁ.de.nja\
 
Une fleur de gardénia.

gardénia \ɡaʁ.de.nja\ masculin

  1. (Botanique) Arbrisseau de la famille des Rubiacées, à feuilles lancéolées, luisantes, à grandes fleurs ornementales, blanches et odorantes.
  2. Fleur de cet arbuste.
    • Et elle montrait dédaigneusement de son bras nu un jeune homme qui, près d’eux, une fleur de gardénia à la boutonnière, ricanait. — (Anatole France, Le Lys rouge, 1894, réédition Le Livre de Poche, page 349)
    • Une certaine élégance dans sa toilette, le gardénia odorant de sa boutonnière. — (Edmond et Jules de Goncourt, Journal, 1895, page 822)
    • Deux heures plus tard, un gentleman en smoking impeccable, la gardénia à la boutonnière, regardait d'un œil, approbateur, un groom parfaitement stylé, qui se tenait respectueusement devant lui. — (Jean Ray, Harry Dickson, L'Effroyable Fiancé, 1932)
    • Le beau gardénia crémeux qui décorait sa boutonnière. — (Georges Duhamel, Chronique des Pasquier, vol. 7 : Cécile parmi nous, Mercure de France, Paris, 1938, page 253)
    • Tante Gardénia s’appelait ainsi car elle était ce genre de tata absorbante que chacun possède et subit, une sorte de fleur entêtante, bavarde et carnivore. — (Zoé Valdés, Soleil en solde, nouvelles, 1999, traduit de l’espagnol par Carmen Val Julián, page 26)

VariantesModifier

TraductionsModifier

Voir aussiModifier

  • gardénia sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier

AnagrammesModifier