gazophilace

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin gazophylacium (« trésor »).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
gazophilace gazophilaces
\ga.zɔ.fi.la.s\
 
Type de gazophilace

gazophilace \ɡa.zɔ.fi.la.s\ masculin

  1. Tronc placé à l’entrée des églises ou abbaye pour recevoir les offrandes.
    • Et comme il regardait les riches déposer leurs dons et offrandes au gazophilace ou tronc de l’église, il vit une pauvrette qui mettait dans ledit tronc deux petites pièces de cuivre, pouvant valoir le quart d’un sicle, c’est à savoir cinq quarts d’un petit denier. — (Ludolphus de Saxonia, Vie de Jésus-Christ, composé au XVe siècle)
    • Je n’entreprendrais pas, mon Révérend Père, de vous dire ainsi mes sentiments, sans la confiance que Votre Révérence m’a témoignée en le désirant, et je le fais pour les soumettre entièrement aux vôtres, et non pas pour me dispenser de servir à votre dessein, car je souhaite que Dieu me fasse la grâce de contribuer par quelque petite drachme au gazophilace.— (Vincent de Paul, Lettres de saint Vincent de Paul fondateur des prêtres de la mission et des filles de la charité)
    • Quant aux troncs ou gazophilaces qui sont placés à l’entrée des abbayes, dans le but de se procurer de l’argent, ce qui est fort peu convenable , il est expressément enjoint aux abbés de les faire retirer, dans l’espace de trois jours, après leur rentrée dans leurs maisons.— (Pierre-Constant Barraud, Notice sur les chaires à prêcher)
  2. Trésor.
    • Le Gazophilace de la langue françoise et flamande — (titre de l’ouvrage : Jean Louis d’Arsi et Casparus van den Ende, Le Gazophilace de la langue françoise et flamande, Amsterdam, 1681. Un facsimilé de la page de garde est fourni en ligne par Gallica[1].)

TraductionsModifier

RéférencesModifier

  1. Facsimilé de la page de garde fourni en ligne par Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6262828s.r=Gazophilace .