gelée blanche

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

 Composé de gelée et de blanche.

Locution nominale Modifier

Singulier Pluriel
gelée blanche gelées blanches
\ʒə.le blɑ̃ʃ\
 
Une gelée blanche.

gelée blanche \ʒə.le blɑ̃ʃ\ féminin

  1. (Météorologie) Givre, dépôt sur le sol, la végétation et les objets de cristaux de glace superficiels, d’aspect poudreux.
    • Si l’air est assez froid pour que cette rosée se gèle, elle formera ce qu’on nomme la gelée blanche ; ce sera, en quelque sorte, la cristallisation de l’eau. — (Charles Bonnet, Us. feuill. plantes, Suppl. 2e.)
    • La Bresse est moins sujette aux gelées blanches d'automne, à raison des vapeurs brumeuses qui la recouvrent à cette époque. — (Frère Ogérien, Histoire naturelle du Jura - Tome 1 : Géologie, 1er fasc., 1865, p.111)
    • Au contraire des gelées blanches, les gels de printemps qui s’attardent au bas des coteaux, cette « gelée noire » ressemble plus à une gelée hivernale. Provoquée par une masse sèche d’air froid, elle a d’abord frappé les hauts.— (Gros dégâts dans les vignes à cause des gelées de la semaine dernière , l'Est éclair, le 4 mai 2016)

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier