FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIVe siècle) De l'italien ghibellino, forme italienne de Waiblingen (Bade-Wurtemberg), château souabe auquel se réfèrent les partisans Hohenstaufen.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin gibelin
\ʒi.bə.lɛ̃\
gibelins
\ʒi.bə.lɛ̃\
Féminin gibeline
\ʒi.bə.lin\
gibelines
\ʒi.bə.lin\

gibelin \ʒi.bə.lɛ̃\ masculin

  1. Qui soutient l’empereur d'Allemagne, et s’oppose aux Guelfes partisans du pape.
    • Qu’on interroge la poésie, le premier chant de la muse nationale fut l’épopée gibeline de Dante, et, depuis, la littérature, au-delà des monts, se développa en maudissant les papes. — (J. Ferrari, L’Aristocratie italienne, Revue des Deux Mondes, tome 15, 1846)

AntonymesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
gibelin gibelins
\ʒi.bə.lɛ̃\

gibelin \ʒi.bə.lɛ̃\ masculin

  1. (Histoire) Membre de la faction qui soutenait les prétentions du Saint-Empire romain germanique, contre la papauté, sur l’Italie.
    • C’était un fier gibelin que cet Auberti, plus gibelin que Dante lui-même ; car, ne pouvant supporter l’Italie où l’empire avait des ennemis, il vint à Genève, ville toute impériale, comme le dit si judicieusement M. le professeur ; bref, il s’établit ici, et c’est de lui que nous descendons. — (Julie de Quérangal, Philippe de Morvelle, Revue des Deux Mondes, T.2,4, 1833.)
  2. (Figuré) Les Guelfes et les Gibelins, les personnes les plus opposées.
    • Mme de Maintenon, Mme de Thiange, Guelfes et Gibelins, songez que tout est rassemblé. — (Madame de Sévigné, 29 juillet 1676)

TraductionsModifier

ParonymesModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier