glossolalie

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1866)[1] Du grec ancien γλῶσσα, glôssa (« langue ») et λαλιά, lalia (« babil, bavardage »). Première attestation, en français, chez Ernest Renan (voir citation).
→ voir glosso- et → voir -lalie.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
glossolalie glossolalies
\glo.so.la.li\

glossolalie \ɡlo.so.la.li\ féminin

  1. (Religion) Don de parler une langue étrangère sans la connaitre, don de parler la (supposée) langue des anges.
    • Jusqu’au IIIe siècle, la « glossolalie » se manifesta d’une manière analogue à ce que décrit saint Paul, et fut considérée comme un miracle permanent. — (Ernest Renan, Les Apôtres, 1866)
    • Les pentecôtistes croient que le baptême de l’Esprit Saint est toujours accompagné au départ par la manifestation extérieure de la glossolalie.
    • Comme son premier père, Caracole, il s'humanisa d'abord par la voix, par glossolalie et gazouillis sifflants, jusqu'à ce qu'il se forme des lèvres et qu'il apprenne à téter. — (Alain Damasio, La Horde du Contrevent, 2004)
  2. (Médecine) En neurologie, parler agrammatical que certains sujets produisent souvent inconsciemment.
    • capable de susciter des signes, en particulier le « chant en langue », ou glossolalie – le fait de prononcer une suite de syllabes incompréhensibles pouvant faire penser à une langue étrangère. — (Marie Malzac Les Pentecôtistes – Journal La Croix, page 16, 24-25 juin 2017)
    • « Awopbopaloobop alopbamboom » sera la première tentative de traduction de ce nouveau langage, qui ne repose pas sur des mots, mais sur une énergie fulgurante et créatrice. Little Richard parlait du « juste cri », Nik Cohn se fera l’exégète de sa glossolalie. — (Mathilde Serrell, Little Richard, le cri du futur, La Théorie, dans Les Matins de France Culture 11 mai 2020)

VariantesModifier

SynonymesModifier

Apparentés étymologiquesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier