gloutonnement

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Dérivé de « glouton » par son féminin « gloutonne», avec le suffixe -ment.

Adverbe Modifier

gloutonnement \ɡlu.tɔn.mɑ̃\ \ɡlu.tɔn.mɑ̃\

  1. D’une manière gloutonne, voracement.
    • Et sa misère sera telle,
      Que mainte assiette et mainte écuelle,
      Faute de meilleur aliment,
      Seront par lui gloutonnement
      Et par ses soldats dévorées.
      — (Paul Scarron, Le Virgile travesti, III)
    • Les loups mangent gloutonnement. — (Jean de la Fontaine, Fabl. III, 9)
    • À mon tour, je pris une tranche de pain, et si je ne m’étouffai pas comme Joli-Cœur, je dévorai au moins aussi gloutonnement que lui. — (Hector Malot, Sans famille, Dentu E., 1887, pages 1-347)
    • […] donner le coup de couteau chirurgical qui libère un Chaperon rouge et une grand-mère trop gloutonnement avalés ne relève pas de la magie mais d’un savoir-faire très ordinaire. — (Mona Ozouf, Composition française, Gallimard, 2009, collection Folio, page 95)

TraductionsModifier

Apparentés étymologiquesModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier