Voir aussi : gloyé, glôye

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Vient du français "glage","glageot", plante des endroits humides (roseau, baldingère, carex, iris, glaïeul…) du latin gladiolus, glaïeul. Au XIIe siècle s'écrit gloe.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
gloye gloyes
\gloːj\

gloye \ɡloːj\ féminin

  1. (Ardennes) (Champagne) Flaque d'eau ; mare.
    • A Wez, ils envahissent le petit manoir de la dame de la Motte, femme de 60 ans, qu'ils voulurent outrager : elle se jeta dans une « gloye » d'où ils la retirèrent, l'attachèrent à l'un des poteaux de ses fenêtres et l'étranglèrent après lui avoir fait subir un véritable martyre. — (Édouard de Barthélemy, La campagne rémoise pendant la Fronde, dans la Revue de Champagne et de Brie, Pars : H. Menu & Arcis-sur-Aube : L. Frémont, 1885,vol.18, p.251)
    • Un triage à la Gloye la Tourte « commence à un holle que vous avez à gauche, en deçà de la gloye ou mare. Suivés ce holle vers Saint Thierry par l'espace de trente verges et demy... » — (Travaux de l'Académie Nationale de Reims, 1933, vol.149, note de bas de page 103)
    • Il délaissera la gloye de La Neuville-en-Tourne-à-Fuy et ses canards pour le lac du bois de Boulogne et ses cygnes. — (Travaux de l'Académie Nationale de Reims, 1946, vol.155, page 153)
    • Les vieilles vignes, la Gloye à Vieux, n'ont pas besoin d'autre indication. Il y avait d'ailleurs beaucoup de « gloyes » dans le village. On en compte huit, certaines de très grande taille et qualifiées de « marre » sur le plan de 1827. — (Gilberte Tramuset, Histoire de la ville d'Asfeld, Éditions de la Société d'études ardennaises, 1977, page 102)

Variantes orthographiquesModifier

Peut s'écrire gloie en Champagne & glauye ou glôye dans les Ardennes.

NotesModifier

Cette dénomination est fréquente dans la toponymie : elle désigne souvent une mare communale pour abreuver le bétail.
  • On peut aussi dresser une carte de toponymes qui ne sont pas en rapport avec les frontières, mais propres à un territoire, comme les vieux mots Horle, rideau de culture, et Gloye, étendue d'eau non pérenne chez les Rèmes (étude de R. Legros sur 142 lieux-dits). — (Raymond Chevallier, À la recherche des anciennes limites ; l'exemple de la Gaule, dans Belgian Archaeology in a European Setting, Leuven University Press, 2001, vol.1, page 18)

DérivésModifier

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe gloyer
Indicatif Présent
il gloye
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent
qu’il gloye
Imparfait

gloye \ɡloj\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de gloyer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de gloyer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de gloyer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de gloyer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de gloyer.