FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Du latin populaire nidax (« nid »)[1], qui se disait d'un faucon pas encore sorti du nid, d'où le sens de « personne naïve », et par extension « stupide »[1]. L’étymon est commun à niais[1].

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
gnochon gnochons
\ɲɔ.ʃɔ̃\

gnochon \ɲɔ.ʃɔ̃\ masculin (pour une femme, on dit : gnochonne)

  1. (Québec) Naïf.
  2. (Québec) (Par extension) Imbécile.
    • « Tassez-vous, ma gang de gnochons, et laissez le Canada venir à votre rescousse ! Vous allez voir, avec nous, ça va rouler ! On n’a pas les deux pieds dans la même bottine comme la bande de bozos que vous avez élus ! » — (Le Journal de Québec, 29 août 2021)
    • Quant aux toutes jeunes filles, croyez-vous que ce soit une libération pour elles que d’être forcées de coucher avec tous les garçons de leur classe sous peine de passer pour des gnochonnes aux yeux de ces jeunes tyrans ? — (Louky Bersianik, Euguélionne, 1985, page 353)
  3. (Québec) Appellation pour un jeune enfant[1].
    • « Le gnochon » est le plus jeune enfant, dans la parlance de Rigaud (rivière des Outaouais). — (Marius Barbeau, Gourganes, 1917, page 205)

Variantes orthographiquesModifier

TraductionsModifier

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin gnochon
\ɲɔ.ʃɔ̃\
gnochons
\ɲɔ.ʃɔ̃\
Féminin gnochonne
\ɲɔ.ʃɔn\
gnochonnes
\ɲɔ.ʃɔn\

gnochon \ɲɔ.ʃɔ̃\

  1. (Québec) Naïf.
  2. (Québec) (Par extension) Imbécile.
    • « J’ai un problème avec ce que l’on qualifie d’absurde (ou éclaté) au Québec. À quelques exceptions près, c’est épais, gras, gnochon. Un vide cheap et sans angoisse, privé de toute décharge émotionnelle. » — (Voir, 21 juin 2007)
    • Les balivernes qu’il raconte, il est assez gnochon pour les croire lui-même, ce qui le rend crédible. — (Blogue de François Parenteau, (journal Voir), 21 novembre 2007)
    • Je connais des ados BCBG de quinze ans tellement empotés et gnochons qu’ils ne savent pas comment traverser la ville sans le secours du véhicule parental. — (Gabrielle Gourdeau, Répression, 2000, pp. 223–224)
    • Cette variété particulièrement gnochonne de perchaude a passé 500 000 années à s’habituer à sortir de l’océan et à ramper sur terre, parce que tout le monde lui avait dit que c’est ça qu’il fallait faire. — (Croc, 1983, No. 49, page 8)

SynonymesModifier

Variantes orthographiquesModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

  • Canada (Québec, Mauricie, Shawinigan) : écouter « Gnochon. Un gnochon [Prononciation ?] »
  • Canada (Shawinigan) : écouter « gnochon [Prononciation ?] »

RéférencesModifier

SourcesModifier

  1. a b c et d Ludmila Bovet, « Niochon, niais, ti-pit : des mots qui ont éclos dans le nid des oiseaux », Québec français, n° 174, 2015, page 9.