goélette

Voir aussi : goëlette

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Siècle à préciser) De goéland[1] et -ette → voir frégate pour un autre oiseau de mer qui donne son nom à un navire.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
goélette goélettes
\gɔ.e.lɛt\
 
Dessins de goélette (sens 1).
 
Maquette d’une goélette (sens 2).
 
Une goélette pour transporter des gens (sens 3).

goélette \ɡɔ.e.lɛt\ féminin

  1. (Ornithologie) Hirondelle de mer, sterne pierregarin.
    • Nous fûmes environnés d’une innombrable quantité de goëlettes, qui nous faisaient soupçonner que nous passions auprès de quelque île ou rocher. — (Voyages de La Pérouse, 1797)
  2. (Marine) Navire léger à deux mâts, à gréement aurique ou bermudien et jaugeant de cinquante à deux-cents tonneaux.
    • C’était une charmante petite goélette de vingt tonneaux que la Tankadère, bien pincée de l’avant, très-dégagée dans ses façons, très-allongée dans ses lignes d’eau. — (Jules Verne, Le Tour du monde en quatre-vingts jours, 1873)
    • Il m’apprend […] qu’une goélette de deux cents tonneaux a mis quinze jours pour venir des côtes américaines et a subi de fortes avaries. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil ; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Le Vieux-Port, où je me rappelle avoir vu naguère des rangées serrées de goélettes et de tartanes, le Vieux-Port n’est plus qu’un grand bassin des tuileries. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Des voiliers, goélettes, « sloops » ou « tapouilles » assurent la plus grande partie des transports entre Cayenne et les communes qui, pour la plupart, ne sont pas reliées par voie routière. — (Les transports maritimes aux Antilles et en Guyane française depuis 1930, coordonné par Roger Jaffray, Éditions de l'Harmattan, 2009, p. 32)
  3. (Burkina Faso) (Mali) Camionnette aménagée pour le transport de personnes.

Variantes orthographiquesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • goélette sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier