FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Adjectif) (Date à préciser) Dérivé de gomme avec le suffixe -eux.
(Nom) (XIXe siècle) Étymologie incertaine, on suppose que « les gommeux […] étaient des élégants qui n’avaient d’autre occupation que de se gommer, de se pommader, de se parfumer[1]. »

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin gommeux
\ɡɔ.mø\
Féminin gommeuse
\ɡɔ.møz\
gommeuses
\ɡɔ.møz\

gommeux \ɡɔ.mø\

  1. Qui jette de la gomme.
    • Il y a dans ce pays beaucoup d’arbres gommeux et résineux.
    • Télesphore avait fait brûler dans le foyer d’abord quelques branches de cyprès gommeux, dont la flamme sentait la résine, puis de grosses bûches d’épinette rouge qui donnaient une chaleur égale et soutenue. — (Louis Hémon, Maria Chapdelaine, J.-A. LeFebvre, Montréal, 1916)
  2. Qui est ou qui tient de la nature de la gomme.
    • Les fibres textiles qui constituent la tige du lin sont agglutinées par une matière gommeuse et résineuse qu’il est essentiel de détruire afin de les séparer. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 149)
    • Pour cela on commence par dissoudre la matière gommeuse qui réunit les différentes spires les unes aux autres. — (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filatur, 1re partie : Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
  3. (Figuré) (Péjoratif) Qui est prétentieux et d’une élégance excessive.
    • Ceux qui sont là sont choisis ; non pas de ces fils de pacha, traînés sur les boulevards de Paris, gommeux et abêtis. — (Pierre Loti, Aziyadé, 1879)

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

Nom commun Modifier

Singulier et pluriel
gommeux
\ɡɔ.mø\

gommeux \ɡɔ.mø\ masculin (pour une femme, on dit : gommeuse) singulier et pluriel identiques

  1. (Péjoratif) Dandy, élégant, prétentieux, désœuvré et vaniteux.
    • Et ils remontaient l’avenue de l’Opéra, lui de son pas bête et plat de gommeux idiot, elle, trottinant allègrement, portant haut sa petite tête effrontée. — (Alphonse Allais, À se tordre : Pour en avoir le cœur net, Paul Ollendorff, 1891, p. 88)
    • De l’autre côté du fleuve, sur le chemin de halage, une longue file d’équipages s’alignait. Les fiacres alternaient avec de fines voitures de gommeux : les uns lourds, au ventre énorme écrasant les ressorts, attelés d’une rosse au cou tombant, aux genoux cassés ; les autres sveltes, élancées sur des roues minces, avec des chevaux aux jambes grêles et tendues, au cou dressé, au mors neigeux d’écume. — (Guy de Maupassant, La femme de Paul, dans La maison Tellier, 1891, réédition Le Livre de Poche, page 221)
    • – Monsieur, dit Tampon, votre fils n’a pas un trousseau suffisant. Je ne demande pas que mes élèves soient des gommeux. Encore faut-il que, pour la bonne tenue et la réputation de mon établissement, ils soient correctement lingés et vêtus de même. — (Octave Mirbeau, Contes et nouvelles – Mon pantalon !, réédition Arcadia, 2002, page 82)
    • J’eus aussi mes folies : un complet-veston de bonne coupe d’une valeur de cinq cents francs, un raglan en ratine grise de même valeur, des chaussures basses acajou, à la mode, alors qu’avant 14 cette teinte pour les bottines à boutons n’était appréciée que par les « gommeux » et les « rastaquouères ». — (Édouard Bled, J’avais un an en 1900, Fayard, 1987, Le Livre de Poche, page 250)

SynonymesModifier

TraductionsModifier

Voir aussiModifier

  • gommeux sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier