gouailleur

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1755) De gouailler.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin gouailleur
\ɡwɑ.jœʁ\

gouailleurs
\ɡwɑ.jœʁ\
Féminin gouailleuse
\ɡwɑ.jøz\
gouailleuses
\ɡwɑ.jøz\

gouailleur \ɡwɑ.jœʁ\

  1. (Populaire) Qui se plaît à gouailler, à railler.
    • Ils ne sont pas en peine d’être gouailleurs et d’employer avec la pratique un langage ambigu, la métaphore et l’hyperbole. — (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
    • […] insensiblement la sombre humeur qu’on voyait sur leurs traits s’atténuait, s’effaçait. De menaçants, ils devenaient gouailleurs, puis doucereux, entreprenants. — (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
    • Oncle Archibald, d’un ton gouailleur,
      Lui dit : « Va-t’en faire pendre ailleurs
      Ton squelette. »

      — (Georges Brassens, Oncle Archibald, in Je me suis fait tout petit, 1956)
    • [...] les policiers sanglés dans leur uniforme, d'ailleurs plus gouailleurs qu'impérieux ou cruels, [...]. — (Claude David, préface du Procès, Gallimard, Folio classique, 1987, p. 7)

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
gouailleur gouailleurs
\ɡwɑ.jœʁ\

gouailleur \ɡwɑ.jœʁ\ masculin (pour une femme on dit : gouailleuse)

  1. (Populaire) Celui, celle qui se plaît à gouailler.


TraductionsModifier

RéférencesModifier