Voir aussi : gouiné

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XVIIe siècle)[1] Étymon discuté et inconnu :
  1. Mot normand[1] signifiant autrefois « femme » du terme scandinave kvinna (même sens). Le mot est plus tard devenu péjoratif. Le normand a aussi les termes gouënipe ou couénipe « femme de mauvaise vie ».
  2. Auguste Creuzé de Lesser[2] tire ce mot de la reine Goïne (à rapprocher avec le gaélique coinne, « femme », l’anglais queen, « reine ») qui trompait son mari et le fit périr pour fuir avec son amant :
    « Quoiqu'en amour à la bonté j'incline,
    Je n'en ai pas pour la reine Goïne ;
    Et jusqu'à nous son nom un peu changé
    Vint justement en proverbe érigé. » — (La Table ronde, 1810)
  3. Auguste Scheler[3] soulignant que l'ancien français avait godine (sens identique), propose une racine god : le verbe godailler (« boire avec excès ») ayant subi lui aussi une évolution vers gouailler (« s'amuser ») d'où gouaille. Cette racine, selon ce même auteur faisant référence au philologue allemand Friedrich Christian Diez, n'est pas issue du latin gaudere (« jouir ») mais plutôt d'origine celte et se retrouve dans le gallois god (« luxure »), l'ancien français godon (« femme de mauvaise vie ») ou, plus proche de nous, godelureau.
  4. De l’arabe قينة, qayna (le « ق -q » arabe étant souvent retranscrit en « g », comme dans le mot qahba donnant gaupe et comme il est fréquemment prononcé dans certains dialectes, tel قلب qalb (« cœur » en français) prononcé « galb » en Tunisie et dans la Péninsule arabique). Une qayna était une esclave-musicienne au Moyen-Orient, d'où la réputation de femme de mauvaise vie.
  5. Probablement issu plus ou moins directement de la racine indo-européenne gʷḗn ("femme"). À rapprocher du sens 2.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
gouine gouines
\ɡwin\

gouine \ɡwin\ féminin

  1. (Archaïsme) (Injurieux) Coureuse ; femme de mauvaise vie.
    • Que la vieille Thémis ne soit plus qu'une gouine
      Baisant Mandrin dans l'antre où Mongis baragouine
      Ô nature profonde et calme, que t'importe !
      — (Victor Hugo, Force des choses, 1853)
    • – Hein ? il y a quelque femelle, là-dessous… Ah ! les sacrées gouines, on devrait leur tordre le cou à toutes ! — (Émile Zola, La Terre, Charpentier, Paris, 1887)
  2. (XIXe siècle) (Sexualité) Lesbienne. — Note : Selon le contexte, une insulte lesbophobe (le plus souvent) ou une revendication d'identité sexuelle lesbienne.
    • Dans la même perspective de visibilité, les lesbiennes, qui ressentent la nécessité d'avoir leur propre espace de lutte, fondent les Gouines rouges en juin 1971. « Nous n'avions pas d'autre revendication que vivre notre amour au grand jour. » — (Stéphanie Arc, Les Lesbiennes, 2010)
    • Cette marche est là pour montrer qu’on peut être jeune, LGBTQI+ et vivre en banlieue», affirme-elle avec aplomb, avant de continuer à scander : «Y’en a assez, assez, de cette société qui ne respecte pas les trans, les gouines et les PD» — (Marie Rouge et Emeline Paillasseur, A Saint-Denis, «assez de cette société qui ne respecte pas les trans, les gouines et les PD» sur Liberation.fr, 9 juin 2019)

SynonymesModifier

DérivésModifier

HyperonymesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe gouiner
Indicatif Présent je gouine
il/elle/on gouine
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que je gouine
qu’il/elle/on gouine
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
gouine

gouine \ɡwin\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de gouiner.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de gouiner.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de gouiner.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de gouiner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de gouiner.

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • gouine sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier