Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1176-81) Faisait gresler (« faire de la grêle ») en ancien français, de l’ancien bas français *grisilôn (« grêler ») → voir grésiller et grésil.

Verbe Modifier

grêler \ɡʁe.le\ ou \ɡʁɛ.le\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison) impersonnel

  1. Tomber, en parlant de la grêle.
    • Il a grêlé aujourd’hui.
    • Il grêle souvent dans ce pays-là.

grêler \ɡʁe.le\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Gâter par la grêle.
    • Je crains que cet orage ne grêle nos vignes.
    • Toute cette région a été grêlée.
    • Ce propriétaire a été grêlé, ses terres ont été ravagées par la grêle.
  2. (Figuré) Arriver continument.
    • On entendait incessamment sur le parc de Neuilly grêler les balles à travers les branches avec ce bruit des orages d’été que nous connaissons si bien. — (Louise Michel, La Commune, Paris : P.-V. Stock, 1898, p.219)
    • Le ménage Fagerolle se débattit parmi les exploits d’huissiers, le menaces de saisie. Il grêlait des papiers bleus, verts, jaunes. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 32)
  3. (Figuré) (Familier) Faire de grandes pertes, avoir de grandes infortunes.
    • Cet homme a été grêlé.
  4. Émettre un son grêle.
  5. Arrondir des dents de peigne.
    • Le tabletier grêle avec une grêle.
  6. Découper la cire en lanières pour en faciliter le blanchiment.

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier