Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XXe siècle) Du nom du théâtre montmartrois du Grand-Guignol fondé en 1896, dont la spécialité était la représentation de courtes pièces d’épouvante, alternant avec des comédies.
Composé de grand et de guignol.

Nom commun Modifier

grand-guignol \ɡʁɑ̃ ɡi.ɲɔl\ masculin

  1. Épouvante dont le caractère exagéré, loufoque et invraisemblable rappelle les outrances du Grand-Guignol.
  2. (Figuré) (Par hyperbole) Situation ou lieu épouvantable.
    • Non, non, non, j’irai pas chez ma tante
      Plutôt mille fois être groom chez Borniol
      Ou bien le nain dans un film d’épouvante
      Mais si vous me lourdez dans ce grand-guignol
      Je lui peindrai ses binocles, je ferai cuire son canari
      J’ouvrirai le tuyau de gaz dans son lit […]

      — (Pierre Perret, Non, j’irai pas chez ma tante)
  3. Théâtre macabre.
    • (Figuré) Les procès de Prague sont du grand-guignol judiciaire.

Variantes orthographiquesModifier

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

Proverbes et phrases toutes faitesModifier

  • c’est du Grand Guignol (phrase qui fait référence au caractère bouffon et tragique du monde contemporain et de la société du spectacle qu’il tend à devenir)

TraductionsModifier

Adjectif Modifier

grand-guignol \ɡʁɑ̃ ɡi.ɲɔl\ masculin

  1. Macabre tout en étant exagéré, loufoque, invraisemblable et bouffon.
    • Fan d’absurde, de gore, de sang, de décadence, d’humour noir mais surtout fan de second degré, cette soirée grand-guignol est pour vous !

SynonymesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier